La révolte des enfants algériens le 11 décembre 1960 – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ


fellaga2Parmi ces héros arrachés à la vie Farid Magraoui et Saléha Ouatiki. Farid Magraoui avait 10 ans. Ce 11 décembre, l’effervescence de la veille reprend tôt le matin. Les manifestations commencent à Diar El Mahçoul. Un millier de manifestants défilent dans les rues de la cité. Une jeune fille était à la tête du cortège et arborait le drapeau. Au niveau du grand dispositif de sécurité précédé par des parachutistes (ceux de Bigeard) la percée que tentent les manifestants échoue et dans ce moment de confusion un officier arrache le drapeau des mains de la jeune fille. Farid réalise que cet acte est grave, il saute sur l’officier, reprend l’étendard de la révolte et s’envole avec ce symbole. Un parachutiste stoppe sa course vers la liberté d’une longue rafale de mitraillette. Le corps criblé de balles, Farid tournoie, s’enveloppant de « son drapeau » et tombe, martyr à 10 ans ! Saliha Ouatiki est une petite fillette âgée d’à peine 12 ans. A Belcourt, ce 11 décembre les manifestations continuent. Youyou des femmes du haut des terrasses, slogans nationalistes. Le peuple ivre de liberté crie son refus d’être le colonisé, l’être inférieur, le raton, le bougnoule. Il crie son refus d’être français tout simplement après 130 ans d’occupation coloniale, de répression, de génocides, de spoliations de ses terres, d’humiliation, de déni de ses racines. Le peuple ne rêve plus, il se bat, il dit non à la colonisation, mains nues, poitrines nues. Saliha joue ce matin-là devant chez elle. Elle a participé aux manifestations de la veille criant son désir de liberté, son amour pour sa patrie, chants patriotiques chantés par des voix fluettes et des poings fermés qui défiaient les armes et les uniformes. Ce jour là, comme la veille elle se joint au cortège et se laisse emporter derrière le drapeau algérien tenu par un jeune homme. Elle se mêle au défilé et se place en tête du cortège. Elle crie comme les adultes « Tahia Djazair (Vive l’Algérie) » « Algérie algérienne ». Devant un barrage de CRS Saliha fait partie de ceux qui ont forcé le barrage et poursuivent leur marche. Elle est heureuse d’être en tête du cortège et juste au-dessus d’elle flotte le drapeau comme une récompense à son courage. Le jeune homme qui le tient lui propose de grimper sur ses épaules pour avoir l’honneur de tenir le drapeau. Elle accepte immédiatement. Le drapeau flotte et le cortège avance. Arrivé au quartier européen, la vue du drapeau est insupportable aux pieds noirs armés. Des balcons des coups de feu qui visent Saliha sont tirés. Des coups de feu mortels. Ayant constaté sa disparition, sa famille s’inquiète. Son frère court à sa recherche. Il la trouve agonisante. La foule fuyant sous les balles l’avait déposée près d’un kiosque. Le 11 décembre, Place des Armes, basse Casbah, des milliers de manifestants hurlent leur ras le bol et crient leur soif de liberté face à des parachutistes (bérets rouges) armés et déterminés à tuer. Une jeune fille d’une quinzaine d’années aidée par les manifestants se hisse sur la statue du duc d’Orléans. Elle s’accroche à la tête de la statue, et de sa main libre elle tire ce merveilleux drapeau algérien caché dans son corsage et le laisse flotter sur ces cœurs pleins d’amour pour leur pays. Fiers d’être Algériens, tous lancent des « Vive l’Algérie libre et indépendante ». La joie est brisée par les fusils mitrailleurs. La jeune fille est la première à tomber, criblée de balles. Le 12 décembre Bouarioua Chérif, 18 ans, La Glacière. Il veut accrocher un drapeau vert et blanc sur un poteau électrique. Le parachutiste lui tire dessus. Une rafale mortelle qui l’abat. Il tombe du haut de son poteau, baignant de son sang le sol……….

Source : La révolte des enfants algériens le 11 décembre 1960 – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s