L’«OSDH» : un seul individu, dans une maison en brique, quelque part au Royaume-Uni – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ


C’est l’une des principales sources des médias occidentaux. Mais dans la frénésie qui suit la reconquête l’Alep, on semble oublier que l’OSDH, ce n’est qu’un seul homme, au Royaume-Uni et quatre correspondants non-identifiés sur le terrain en Syrie.L’homme est craintif. En octobre 2015, RT avait tenté sans succès de rencontrer le fondateur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). «Ils veulent me tuer», avait avancé Rami Abdel Rahman, également orthographié Rami Abdulrahman, pour justifier son lapin, évoquant les dangers d’une rencontre en plein jour.Le journaliste Nimrod Kamer avait dû renoncer à visiter les locaux de l’observatoire au nom prestigieux : un modeste pavillon en brique dans la banlieue morne et post-industrielle de Coventry, près de Birmingham, au Royaume-Uni. Toutefois, peu après, l’homme traqué acceptait finalement de répondre à quelques questions – préférant le téléphone – d’un autre correspondant de RT, Ilia Petrenko : «Nous sommes attaqués tous simplement parce que nous disons la vérité sur ce qui se passe en Syrie. Apparemment, personne ne veut l’entendre.» Un an plus tard, l’injustice semble réparée, au-delà même des espérance de l’activiste qui a créé l’OSDH en 2006 après avoir fui la Syrie en 2000. Depuis, il n’y a jamais remis les pieds.L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) est en effet l’une des sources autorisées des médias occidentaux comme des opposants à Bachar el-Assad. Exemple parmi d’autres, France Info, dans un article de pédagogie à l’intention de ses lecteurs, «Quels sont les comptes Twitter à suivre pour s’informer sur la situation à Alep ?», dresse une liste des comptes Twitter, dont le fameux – tout autant que mystérieux – OSDH. Et justifie ainsi son choix : «Même s’il existe des questions sur la fiabilité de l’OSDH, créé en 2006 et tenu par un opposant au régime vivant à Londres, Rami Abdel Rahman, force est de constater que les grandes agences de presse, dont l’AFP, reprennent les informations qu’il diffuse.»……..suite……..

Source : L’«OSDH» : un seul individu, dans une maison en brique, quelque part au Royaume-Uni – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ

Publicités

Un commentaire sur « L’«OSDH» : un seul individu, dans une maison en brique, quelque part au Royaume-Uni – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s