Syrie : quand les médias font l’apologie du terrorisme – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ


Pour Le Monde, les terroristes d’Al-Nosra sont ainsi des « rebelles » qui auront « résisté près de quatre ans et demi ». Les messages des terroristes, rebaptisés « combattants anti-Assad» sont relayés dans l’article du Monde; la tonalité est désespérée, la libération de la ville des djihadistes et de leurs soutiens, étant vécue comme une catastrophe. C’est donc bien le point de vue de ces terroristes présentés comme de simples « assiégés » que privilégie Le Monde. Les témoignages poignants de blessés, de victimes de bombardements, se succèdent. L’article réussit à créer un réel sentiment d’empathie en faveur des factions terroristes. Du journalisme résolument « engagé ».Cette ligne éditoriale visant à transformer les terroristes et leurs sympathisants en victimes ou en « assiégés » des troupes gouvernementales, va être reprise par l’ensemble des médias français. Il s’agit de créer un sentiment de proximité et d’empathie pour les « victimes du régime » et de susciter l’indignation contre l’armée syrienne et son allié russe.Pour le journal Le Parisien, la libération d’Alep se transforme ainsi en :« Une politique de la terre brûlée inacceptable »Pour RFI, la libération de la ville devient une « agonie » :« A la Une : Alep, agonie en direct »L’hebdomadaire Le Point délivre directement le point de vue des djihadistes, sans toutefois en informer ses lecteurs :« Tout le monde a peur à Alep, de nouveau dans l’enfer de la guerre »Pour le journal Libération, la libération de la ville est carrément une « ignominie » :« A Alep, une ignominie à laquelle on assiste en direct »Le Monde, encore lui, voit dans la défaite des terroristes qu’il soutient depuis le début du conflit, une tragédie :« La tragédie d’Alep, le résultat de beaucoup de lâcheté et d’indifférence »« Réuni en urgence à la demande de la France, le Conseil de sécurité de l’ONU a pris acte de l’accord prévoyant l’évacuation rapide des insurgés de la ville. » Il s’agit pour le journal, reprenant les propos du représentant français à l’ONU, de sauver les terroristes soutenus par Paris, et peut-être leurs conseillers militaires occidentaux ? Mais pour la machine médiatique, condamner la libération d’Alep et pleurer les terroristes au nom des principes humanitaires ne suffit pas, l’emballement pousse toujours plus loin dans la surenchère et l’apologie et tourne à l’injonction émotive : tous les lecteurs doivent partager l’indignation…………

Source : Syrie : quand les médias font l’apologie du terrorisme – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ

Publicités

Un commentaire sur « Syrie : quand les médias font l’apologie du terrorisme – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s