Les bébés disparus d’Israël – Wikistrike


En inaugurant les archives numériques la semaine dernière, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a déclaré que la publication des documents marquait une nouvelle ère de transparence.« Aujourd’hui, nous corrigeons une injustice historique », a-t-il dit. « D’un seul clic sur le clavier », le public sera à même de découvrir ce qui s’est passé avec chacun des enfants disparus.« Destruction » de preuves. Toutefois, des gens faisant campagne pour les familles ont déclaré à Al Jazeera que les prétentions de Netanyahou étaient déplacées.Les preuves les plus accablantes ont été « détruites il y a de nombreuses années » par les hôpitaux et les services du bien-être social avant que la commission Kedmi ait pu les examiner, a déclaré Naama Katiee, une activiste travaillant avec Amram, une association qui mène une campagne pour le compte des familles. Amram a remarqué qu’une proportion importante des dossiers traitant des enfants disparus et réclamés par l’enquête n’avaient jamais été transmis et que les fonctionnaires interpellés avaient souvent prétendu au dernier moment que les documents avaient été détruits lors d’incendies ou d’inondations.Katiee a ajouté que l’enquête avait examiné le sort d’un millier de bébés à peine, une fraction des 8.000 enfants au moins probablement disparus au cours des deux premières décennies qui avaient suivi la création d’Israël en 1948. Amram a créé une banque de données en ligne afin d’identifier de nouveaux cas. Nurit Koren, qui dirige un groupe de juristes enquêtant sur les enfants disparus, a expliqué à la radio de l’armée israélienne que 200.000 autres documents – émanant des deux commissions d’investigation ayant précédé l’enquête Kedmi – attendaient toujours d’être rendus publics. Elle a fait remarquer en outre que les archives ne couvraient que la période allant jusqu’en 1954, même si les disparitions se sont poursuivies jusqu’au milieu des années 1960. « Nous sommes tenus de fournir des réponses à ces familles », a-t-elle déclaré.     Des abus systématiques.    Quand les activistes ont entamé le pénible processus de l’examen minutieux de la masse des archives, la plupart des médias israéliens se sont empressés de déclarer qu’aucune preuve tangible n’avait été découverte impliquant le gouvernement dans la disparition des enfants………..SUITE….

Source : Les bébés disparus d’Israël – Wikistrike

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s