Retour du Maroc à l’Union africaine : un impact imprévisible | Middle East Eye


De ce point de vue, le retour du Maroc au sein de l’Union africaine constitue d’abord l’effacement d’une anomalie. Quitte à siéger dans une même enceinte que la RASD, Rabat ne pouvait qu’y gagner. De leur côté, l’Algérie et le Polisario ne pouvaient s’y opposer frontalement. Ils pouvaient se contenter d’exiger un minima, facile à obtenir : que le Maroc revienne en se pliant aux règles de l’UA, y compris en cohabitant avec la RASD.L’adhésion du Maroc est acceptée, mais dans un cadre verrouilléPour bien marquer son territoire, et montrer qu’elle reste maître du jeu au sein de l’Union africaine, l’Algérie imposait ses choix. Les candidats qu’elle soutenait étaient validés : Ismaïl Chergui au Conseil de la paix, et le Tchadien Moussa Faki Mahamat à la commission exécutive.Le président Abdelaziz Bouteflika, malgré son absence et sa maladie, était élu symboliquement à la vice-présidence de Union africaine. Ce qui montre que l’adhésion du Maroc est acceptée, mais dans un cadre verrouillé.

Source : Retour du Maroc à l’Union africaine : un impact imprévisible | Middle East Eye

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s