L’historien Ali Farid Belkadi à Ouyahia : «Au nom de quelle morale l’Algérie céderait-elle les crânes des résistants à la France ?» RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ


                                                                Voici son témoignage, héréditaire : «C’est ma grand-mère qui se prénommait Kheïra, dont Kouider El-Titraoui, le père du martyr Mokhtar était l’oncle paternel, qui m’a relaté ces évènements, en particulier la décapitation de Mokhtar El-Titraoui. Ces évènements sont connus de la famille depuis les années 1840.» Selon ce témoignage, Mokhtar El-Titraoui, le fils de Kouider, a été décapité pour son engagement dans la lutte de libération du pays. Sa tête qui avait été fixée sur une pique ou une baïonnette fut exposée sur la place du souk pour servir d’exemple à la population. Le père et le fils luttaient ensemble en Kabylie. Kouider El-Titraoui, rescapé de l’embuscade tendue par la soldatesque française, a dissimulé son identité afin de ne pas être reconnu par les Français et leurs supplétifs indigènes. Ensuite, le corps sans tête de Mokhtar El-Titraoui a été amené de Grande Kabylie jusqu’à sa région natale, à Boukhari. Sa vie durant, il avait formulé le vœu d’être inhumé à M’fatha, parmi les siens. Il sera enterré à Ben Khefir, dans un endroit appelé El-Faïdja, dans la tribu des M’fatḥa, selon Mme Matmoura Khedoudja, sa descendante. Sa famille a refusé qu’il soit enterré seul, à l’écart du caveau familial. Mokhtar El-Titraoui, un «Arabe» qui lutta aux côtés de ses frères kabyles, s’est marié en Kabylie et il aurait eu une fille avec une femme kabyle. Kouider, le père, repose dans sa terre natale dans la tribu des Ouled El-Boukhari, commune de M’fatḥa, daïra de Ksar El-Boukhari, wilaya de Médéa (ex-Titteri), aux côtés de ses ancêtres, dont son père, feu Sidi M’hamed Ben Farhat et sa mère Al-Aouniya (Témoignage vidéo du 25 mai 2013). Que fait Ahmed Ouyahia des souvenirs émouvants de cette noble famille de Chorfas, qui appartient aux Ahl Al-Beyt ? Que faire d’une autre famille, de Moussa El-Darkaoui, le saint de Djelfa, qui porte le n° MNHN-HA-594 au Muséum de Paris, dont les descendants sont également connus ?Un siècle avant les maquis de la guerre de Libération nationale, les mêmes populations des régions de Skikda, Sétif, Béjaïa, la Mitidja et d’ailleurs dans toute l’Algérie, dont les insoumis Touareg à l’ordre colonial, avaient déjà pris part à la lutte armée contre la colonisation française. Ce sont ces gens-là qui ont été décapités par les Français.J’ai tiré de l’ombre cet ensemble d’hommes et de mouvements dont l’importance est négligée et passée sous silence dans les livres algériens d’histoire tronqués et obsolètes. Les révoltes dans l’Algérie coloniale qui ont précédé la guerre de Libération 1954-1962, ne se résument pas seulement à la résistance d’Abdelkader dans l’Ouest algérien, jusqu’en 1847, ni à la révolte de Mohamed et Boumezrag Mokrani en Kabylie, de mars à octobre 1871.De quel droit l’Algérie vertueuse et probe céderait-elle ces ossements aux Français ? Au nom de quelle morale et de quelles valeurs universelles ?

Source : L’historien Ali Farid Belkadi à Ouyahia : «Au nom de quelle morale l’Algérie céderait-elle les crânes des résistants à la France ?»12 Oct, 2016 | 12:25 – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s