Le crime colonial : Zohra MAHI Avocat à Jean Sévillia historien. – bouhamidimohamed


                                                        *Les enfumades :  Qui a dit que l’idée de la chambre à gaz a jailli un beau jour du cerveau malade d’Hitler ? D’autres cerveaux malades, bien après la Déclaration des Droits de l’Homme dans leur pays, et avant les nazis, ont trouvé le bon usage de cette magnifique solution finale. C’est le bon père Bugeaud qui a eu cette idée de génie « Enfumez ces misérables comme des renards » disait-il à ses troupes. Et on enfuma à tour de bras : Cavaignac, Pelissier, Saint Arnaud et d’autres encore se firent les exécuteurs de cet ordre criminel. Là aussi je ne me permets qu’une seule citation, celle du commandant Christian Robin dans son livre « L’Afrique Française » paru aux éditions Barbier en 1846. Il écrivait ceci au sujet de l’enfumade infligée à la tribu des Ouled Riah par Pélissier : « J’ai visité les trois grottes, voilà ce que j’ai vu : A l’entrée gisaient des bœufs, des ânes, des moutons ; leur instinct les avaient conduits à l’ouverture de la grotte pour respirer l’air qui manquait à l’intérieur. Parmi ces animaux, et entassés sous eux, on trouvait des hommes, des femmes et des enfants. J’ai vu un homme mort, le genou à terre, la main crispée sur la corne d’un bœuf. Devant lui était une femme tenant son enfant dans ses bras.. Cet homme, il était facile de le reconnaître, avait été asphyxié ainsi que la femme, l’enfant et le bœuf, au moment où il cherchait à préserver sa famille de la rage de cet animal. Les grottes sont immenses, on a compté 760 cadavres…» Le commandant Robin décrit avec beaucoup de réalisme ce qui semble correspondre à une extermination de masse. On ne peut pas le soupçonner de partialité ou d’exagération coupable puisqu’il appartenait à la même armée que Pélissier. On ne sait pas s’il approuvait ou condamnait de telles opérations. Son témoignage est accablant et ce n’est pas une simple « page grise » mais un crime contre l’humanité imprescriptible, tel qu’il est visé par la loi internationale. Quand il y a eu la mise en place d’une telle une politique d’extermination d’hommes de femmes et d’enfants et leurs animaux, peut-on encore parler de guerre, des décennies après l’agression de 1830 ? *Les massacres et la politique de la terre brûlée pour affamer les populations Les massacres et les méthodes infaillibles pour affamer les populations ne sont pas préconisées par n’importe qui mais par le brillant théoricien de la Démocratie dans le Nouveau Monde (mais pas en Algérie) Monsieur de Tocqueville président de la Commission Parlementaire chargée de réfléchir sur la poursuite de la colonisation. Tocqueville préconisait l’interdiction du commerce aux indigènes, le ravage du pays et l’expropriation sauvage par tous les moyens et que ce soit à la suite de révoltes ou pas, il fallait que les indigènes soient réduits à la plus extrême pauvreté pour que la primauté du colon sur l’indigène soit totale. Le secrétaire de Bugeaud le dénommé Louis Veuillot déclarait dans son livre « La croisade en Algérie » : « Il faut vaincre Mahomet ou exterminer les arabes. Il faut amener ces peuples au christianisme qui seul les rendra français ou accepter la mission sauvage et funeste de les détruire. »……..

Source : Le crime colonial : Zohra MAHI Avocat à Jean Sévillia historien. – bouhamidimohamed

Publicités

Un commentaire sur « Le crime colonial : Zohra MAHI Avocat à Jean Sévillia historien. – bouhamidimohamed »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s