Uncategorized

Fillon contre la tentative de coup d’état judiciaire – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ


Hier, ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Fillon » a pris de court les journalistes qui se sont immédiatement pris à rêver d’un retrait tant attendu de F. Fillon au profit de Juppé, Fillon enfin empêtré dans les mailles serrées du filet médiatico-judiciaire que tout un chacun s’escrime à lancer sur le candidat si dérangeant.
Un pas de plus a été franchi, F. Fillon sera convoqué le 15 mars par les juges d’instruction, saisis seulement vendredi dernier, en vue d’une mise en examen et non en tant que témoin. Il semblerait que la célérité de la justice ait remplacé la sérénité. Et l’on se demande jusqu’où la « justice » sera prête à aller pour remplir sa « mission »? L’assignation à domicile ou la détention préventive seraient-elles envisagées en dernier recours?
Il faut dire que cet homme est extrêmement dangereux pour le système la société, il risquerait même sans tout ce tapage de devenir le prochain Président. Or, son crime est établi: il ne défend pas les intérêts de la bulle globaliste. Il doit payer.
Revenons donc sur certains éléments de cette crise politico-institutionnelle qui nous sert de campagne électorale.

Célérité faute de sérénité                                                                                                                    Si l’on reprend l’enchaînement des évènements, nous sommes surpris par la réactivité de notre justice, pourtant régulièrement condamnée par la CEDH pour violation de l’article 6 en raison des délais déraisonnables.

Après les révélations dans le Canard, le Parque nationale financier (PNF) s’est saisi du dossier en 48h et a ouvert une enquête contre personne non dénommée. Ca, c’est pour la célérité. En revanche, côté sérénité, des fuites furent fortuitement « organisées » dans la presse, alors que les avocats de la défense n’avaient même pas accès au dossier avant la mise en examen. Et, là nous arrivons aux droits de la défense … face à la célérité, justement pour que la justice ne devienne pas expéditive. Ce qui n’est pas non plus prévu par l’article 6 de la CEDH sur le procès équitable.
L’enquête est contre personne non dénommée, faute de preuves suffisantes, et le dossier est transmis aux juges d’instructions qui doivent reprendre l’instruction, autrement dit chercher des éléments. Et ici nous franchissons la barrière séparant la célérité de l’affolement: saisis le vendredi, dès le mercredi ils envoient une convocation à F. Fillon pour le 15 mars en vue d’une mise en examen. Si l’on compte le week-end, où avec tout le respect que j’ai pour nos magistrats, je ne pense pas qu’ils aient beaucoup travaillé, que s’est-il passé lundi et mardi? Quels sont les nouveaux éléments sur des faits dont les plus récents remontent à 3 ans et les plus anciens à 20 ans?…suite…

Source : Fillon contre la tentative de coup d’état judiciaire – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s