​LA FRANCE PROTÈGE TOUJOURS SES ANCIENS AMIS


QUAND L’ÉMIR ABDELKADER SOUTENAIT LA FRANCE CONTRE LE HÉROS DE SOUK AHRAS L’IMAM EL KABLOUTI 

La France refuse toujours l’accès à certaines lettres et documents de et sur l’émir Abdelkader que pourtant la loi française sur les archives autorise. En effet, le régime d’accès aux archives publiques  est fixé au chapitre 3, articles L. 213-1 à L. 213-8 qui autorise l’accès aux documents personnels ou administratifs après 150 ans de la naissance de la personne concernée ou 25 ans après le décès. Or , l’émir est mort bien avant ces 25 ans exigés par la loi. Pourquoi donc la France continue illégalement à interdire l’accès à certaines archives qui concernent directement celui qui est considéré en Algérie comme le  » Père  » du nationalisme algérien.
L’Emir Abdelkader avait un fils qui combattait aux côtés de Kablouti de Souk Ahras et de Naceure Ben Chobra de Tebessa contre l’armée de la France coloniale et cela bien après la reddition de son père et son exil  à Damas. 
Selon l’historien Français Louis RINN, l’Émir devenu alors un fidèle ami de la France,  n’avait jamais pardonné à son propre fils Mahieddine sa rébellion contre la France et surtout  sa proximité et son alliance avec l’Imam El Kablouti, considéré par l’émir comme étant un bandit de grand chemin et un hors la loi.
Il est utile de savoir que l’Emir et de son exil , n’avait  jamais soutenu les successives révolutions contre la France.  
Après la défaite des insurgés de Souk Ahras et de Tebessa après les attaques menées par le général Pouget assisté par son fidèle allié, la tribu des Benganna , Kablouti et Naceure Ben Chobra avaient fini par fuir l’Algérie  en se rendant en Tunisie voisine d’où ils continuaient leurs combats  de libération alors que Mahieddine ben Abdelkader avait rejoint son père à Damas . 
L’émir Abdelkader avait fini par pardonner à son fils seulement après l’intervention et l’insistance du consul de France à Damas qui avait fait rédiger à Mahieddine une déclaration sous serment où il faisait amende honorable, et s’engageait par serment et sur sa foi de musulman « À ne jamais former aucun projet, à ne jamais accorder son appui à une tentative contraire

aux intérêts politiques ou religieux de la France en Orient, et notamment en Algérie ». Document 1 ci-joint ) 
C’est cette lettre où l’émir traitait El Kablouti de bandit que la France ne veut pas rendre publique jusqu’à nos jours et cela malgré la loi qui autorise l’accès. 
Avec un historien de  l’université de Lyon , nous allons saisir le tribunal administratif d’Aix pour exiger l’accès libre à certaines archives concernant l’émir Abdelkder qui visiblement et selon RINN  » jalousait  » les grands insurgés tels El Mokrani, El Kablouti, Naceure Ben Chobra et tant d’autres qui sont morts pour l’Algérie. 
Lire le livre de l’historien Louis RINN dont voici quelques pages .

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s