L’ART DE TRAIRE UNE VACHE


L’image contient peut-être : personnes assises et texte

Lisez ce que j’écrivais il y’a 3 ans et dites moi comment les juges n’ont réagi que depuis 3 semaines…

Conseil d’un américain à son fils: « make money, honestly if you can, but make money ! »

Je vais vous dire quelque chose mais ne m’en voulez pas… surtout n’ta ya Zoheir…

On peut traire la vache de deux manières:
– En la chakibant ou en la rebrabant…

Je vous explique…

On peut se faire commis de cette vache; et sous prétexte de la servir, on peut profiter de son beurre et de l’argent de son beurre.

C’est facile !…

En se faisant commis, on s’octroie le droit de lui acheter ses aliments et de vendre son lait…

On peut ainsi, en achetant chaque botte de foin ou chaque sac de son, chaque appareil à traire ou chaque produit vétérinaire, prélever la petite soulte occulte qui, entassée avec une autre soulte finira par se transformer en petite fortune qu’on pourra par la suite remettre à Madame qui le cachera dans son bas de laine… ou dans un compte en banque d’une banque d’une île au trésor du bout du monde…

On en fera de même pour chaque litre de lait vendu…

C’est de cette manière qu’on chakibe une vache…

On peut aussi s’octroyer d’une manière ou d’une autre (et surtout d’une autre) le privilège qui n’est pas accordé à tout le monde de disposer d’une bonne partie de l’argent du lait de cette vache pour se sucrer sans coup férir, en rachetant à soi-même à travers sa propre société de trading installée outre-mer, de la mélasse ou de l’huile en vrac qu’on se serait débrouillées au coût du cours de la bourse, de les ramener en tanker pour les traiter sommairement et les conditionner afin de les mettre sur un marché où on aura fait place nette, pour les proposer au quintuple de leur prix, en justifiant son prix de vente par le prix d’achat qu’on se serait fixé, bénéficiant ainsi d’une marge en monnaie de singe et d’une autre en devises fortes pour un acte commercial unique…

Les marges en monnaie de singe servant à faire semblant de payer des bras qui, en cas de coup dur se lèveront pour défendre leur généreux bienfaiteur, celles en devises fortes servant quant à elles à acheter en surfacturation des moyens obsolètes de production qu’on ramènera ici pour leur mettre le feu et camoufler ainsi leur état d’obsolescence avancée tout en bénéficiant d’un remboursement rubis sur l’ongle par les assurances acquises, du montant qu’ils ont coûtés au vu.. De la facture d’achat…

Et pour pouvoir fourguer à la canaille ses produits sans se doter d’un réseau de distribution trop compliqué et trop coûteux, on peut recourir à des subterfuges très payants en la personne de certains parasites disposant grâce à des complicités administratives et fiscales, de papiers mais pas de locaux, auxquels on vend du vent contre petite rétribution quand la vraie marchandise se fait distribuer par des commerçant qui ont des locaux mais pas de papiers, flouant ainsi le fisc et générant un marché informel qui étend ses tentacules à travers tout le pays, avec ses passe-droits, sa corruption et la constitution de fortunes colossales traduites en châteaux de rêve, grosses cylindrées, pèlerinages récurrents, belles maîtresses et autres manifestations de m’as-tu-vu…

Cette autre manière de traire la vache à lait a un nom: « rebrabiser »…

Et il ne faut pas se tromper !… Les acteurs en vue de ces deux pratiques ne sont que la partie visible d’un iceberg qui a sa base à Hassi Messaoud et sa tête au port d’Alger…

Et il n’est pas certain que la chakibisation et la rebrabisation ne se rejoindront pas bientôt dans une même formule qui aura pour elle la légitimité populaire que vont lui conférer tous les courants sociaux et religieux qu’elles sont en train de mobiliser tous azimuts pour la doter du pouvoir politique qui lui permettra de laver son passé de rapine pour inaugurer un futur au dessus de tout soupçon…

Dans ce prochain gouvernement du « Aafa Allahou Aamma Salaf » Me Ksentini qui préconise l’amnistie des crimes économiques pourrait être nommé ministre de la Justice…

Voilà et si malgré tout vous trouvez que je divague, dirou belli ma goult walou !

Pubication de Mohamed Adjou 22/5/2016

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s