Macron – Ubu, 1984 et Rhinocéros en même temps


De deux choses l’une, comme disait l’autre regretté : « soit [qui vous savez] est un con et ça m’étonnerait tout de même un peu, soit [le même] n’est pas un con et ça m’étonnerait quand même beaucoup ».

À vrai dire, enmêmetemptisme oblige et tout devant être relativisé, je suis de plus en plus tenté de dire que c’est peut-être un peu des deux à la fois.

Il y a d’abord le con « niais ». Celui qui, tel l’adolescent en ébullition hormonale, l’écrivain distingué ou le trappeur pustuleux des sorties d’écoles, manifeste sa gaieté primate au cri de « gnéééééé ». La menue différence étant qu’ici, ça n’est pas « gnééééé fifille » mais « gnééééé fotooooo, copaiiiiiin, coooooooool ». Ce con-là fait tout pour la coolitude, pour qu’on le voie arborer son sourire niais de celui qui « ne comprend rien mais n’en pense pas moins ». Il appelle à la mansuétude : il faut tout lui pardonner puisqu’il est trop con pour mesurer ce qu’il fait. C’est aussi le con de la génération « réseaux sociaux » : il poste des photos de son cul et se plaint ensuite qu’elles aient été partagées par des malveillants. Il transforme l’Elysée en lupanar disco et ses déplacements officiels en raouts sado-masochistes mais… il a « pas fé esseprès » et y a des méchants qui font rien qu’à lui dire des méchanteries.

Ce con-là, isolé, n’est en général pas trop dangereux, souvent excusable et parfois même récupérable.

Mais il y a l’autre (le double maléfique, peut-être ?). Le sale con, le con caïd, le con qui toise, le con qui braille « c’est moi l’chef et si t’es pas content, viens-y viens-y viens-y » et qui, lorsqu’on le prend au mot, court se cacher dans les toilettes de l’école après avoir ameuté ses sous-cons (souvent de la catégorie précédente, d’ailleurs) pour le protéger. À court ou moyen terme, il s’en sort plutôt pas mal : pendant que tous les autres se tapent sur la gueule à la récré, il ira le dire à la maîtresse, qui lui donnera un bon point (et plus si affinités). Ce con-ci ne se sent exister qu’en écrasant l’autre de tout son dédain – ce qui lui est d’autant plus facile que, comme on vient de le voir, lorsque « l’autre » commence à en avoir un peu marre, ce con-là a toujours une subite envie d’aller aux WC ou de montrer ses coloriages à la maîtresse. L’intendance, c’est un truc de piétaille. Ce con-là ne jubile que d’une chose : se mirer, s’exhiber et, devant son image, s’imaginer en « peuple » acclamant dévotement son chef. C’est le con « selfie » : il poste crânement des photos de l’autre face de son cul – celle avec laquelle il fait l’hélicoptère pour épater manman – pour noter les noms de ceux qui s’émerveilleront (« bieeeeeeennn ! Vous serez bon pour ?l?a? ?m?i?l?i?c?e? le maintien de l’ordre ») et de ceux qui ne s’émerveilleront pas (« pas bieeeeennnnn, avez-vous bien conscience que ce sont des gens comme vous qui font émerger des dictatures, voire le nazisme ? Tiens, d’ailleurs, par prudence, on vous défonce préventivement la tronche et si on a le temps, on tâchera de vous condamner en bonne et due forme. Comment ça « il faut un procès » ? C’est nouveau, ce truc ? Avec avocats à la défense et tout le tintouin ? Ben tiens… ça me donne justement une idée de réforme pour plus d’efficacité et moins de temps perdu).

Il n’en a certes pas l’exclusivité mais « chimiquement », il faut reconnaître que l’olibrius qui nous… « occupe » (…) en coche avec un zèle particulier d’élève modèle toutes les cases. Il y a des cons, avérés mais raisonnables, qui alternent la niaiserie et la morgue. Certains, plus élaborés, les fusionnent. A donf ! « Ze roulze, poute-you les in ze ass, ich don’t avoir rien à foutre, ich bin votre CHEF ande it ize MEINE PREÛÛÛÛÛÛÛJEEEEEEETTTTT . »

Ceux-là sont irrécupérables. Ils sont dangereux, ils osent tout (« c’est à ça qu’on les… etc ») et comptent sur notre inclination à leur trouver des excuses – oui, nous : les séditieux, les factieux, les 6févriertrentequatristes, les infâmes et sanguinaires bolcheviques, les abjects rouges-bruns, les infects fascisants – pour se barrer piteusement par le vasistas avant de revenir immaculés par la grande porte. Leur tête en papier mâché sur une pique, c’est de la « violence anti-républicaine » (pouf pouf). Tandis que leurs bottes qui écrasent la nôtre, c’est du dialogue social entre « réformistes ».

Qu’y a-t-il, pourtant, de si compliqué à comprendre dans le fait que si, à chaque fois, les gueux ont dû en arriver à des actions violentes (et attention : pour l’heure, on n’en est qu’à des « happenings » potaches, des autocollants sur des permanences, des marionnettes sur des bâtons, des guillotines en carton, des « houhou » pendant des cérémonies onanistes de voeux auxquelles personne ne croit, où tout le monde s’emmerde notoirement mais où le gratin – ou ceux qui aspirent à s’y frotter – se doit de paraître et parader), ça n’est qu’après avoir constaté amèrement que la non-violence ne résolvait jamais rien. Il n’y a que des Attali pour se lamenter sans vergogne ni pudeur que toutes nos républiques – les cinq à ce jour – sont nées sur des ruines. Mais QUI, à chaque fois, a fait le choix – et à l’encontre de la mission qui lui était confiée – de souffler sur les braises ? Qui avait le pouvoir d’éteindre l’incendie ?

Qui, dans une démocratie imparfaite, perfectible mais à peu près fonctionnelle, a les clés pour qu’on puisse résoudre collectivement des problèmes avant que la violence renverse la table ?

Qui ?

Le con suprême. Le bourgeois gentilhomme. Assez con, en outre, pour brailler que les clés sont à Bruxelles et qu’en plus, ça l’arrange. Bruxelles n’a jamais exigé qu’on tabasse ou qu’on mutile les manifestants, certes. Mais le « rêve horreupéen » mérite bien qu’on prenne quelques libertés avec les principes. « C’est le plus beau projet du XXe siècle », psalmodiait encore, vibratos compris, un porte-parole LR sur Radio-Pris ce matin. « Rassurez-nous, vous n’êtes pas pour le Frexit ? », lui demandait le journaliste – non-militant – Demorand. « Ça va pas la tête ? » lui a répondu l’autre. « Nous, on est super-européens mais pour une Europe super-chouette ». Bigre ! Ça change tout.

Dire qu’on est passés à deux doigts d’une République de Weimar super-chouette, d’Accords de Munich trop swag, d’un Armistice sympa, d’une Collaboration constructive, d’une Gestapo cool et qu’au lieu de ça, des salauds de jusqu’au-boutistes sectaires ont fait foirer toutes les chances d’infléchir le nazisme « de l’intérieur »…

Avec le genre de con polymorphe qu’on se farcit, on n’est pas près de comprendre d’où vient le problème puisque le sien, à lui et à l’adversaire opportuniste qu’il a opportunément adoubé, c’est de le faire perdurer en dépit de toute logique tout en s’assurant qu’il a désormais les mains libres pour convaincre par la menace ceux qu’il n’a pas noyés dans la confusion.

« C’est pas la dictature », fanfaronne le con qui se gausse.

Non. C’est Ubu, 1984 et Rhinocéros en même temps.

En attendant le Meilleur des mondes. « C’est pas la « dictature », non, juste un truc bien moins franc et beaucoup plus obscène.

 Mathieu Morel |

– Source : Vu du Droit

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s