Il est interdit de cracher sur Zemmour


Sur la toile, il m’arrive aussi souvent que possible de lire l’éditorial de « valeurs actuelles »
Et à la une de ce journal que je n’arrive à lire qu’en diagonale il est souvent question non des sombres dérives de Zemmour mais de ses belles perspectives… d’autant plus que ce canard s’adresse à ceux qui salivent sur tout ce qui lui arrive : ses records d’audience et ses angles d’incidence.
Et ce n’est pas parce que « Monsieur Zemmour » est censé incarner la France, l’arracher des mains des traîtres et des insensés, qu’il faut sans cesse l’encenser, le défendre contre vents et marées.
Hier ou peut-être avant avant-hier, j’ai appris qu’une jeune canaille a interpellé Zemmour dans la rue, l’a insulté et lui a craché dessus.
Car c’est bien réel, l’historien-histrion vit sous la menace perpétuelle d’un attentat impudique à son impudeur. Je le savais…
Cela fait déjà un bail qu’il provoque savamment mais qu’il provoque la racaille.
Zemmour a toujours eu le talent de nous faire sentir qu’il est chez lui, qu’il ne peut en vouloir outre mesure à celui qui a la même prétention et qui l’exprime en disant : moi non plus !
Deux étrangers qui se font la guerre, verbalement parlant. Même si le premier est content d’être en France et le second mécontent.
Ils ont certes le même passeport mais ne subissent pas le même sort ; Le premier a toutes les raisons, le second, tous les torts.
L’un écoute Amir et l’autre Idir. Les deux ignorant la paix et la miséricorde.
L’un parce qu’il est stigmatisant, l’autre parce qu’il est stigmatisé…
N’en déplaise aux valeurs actuelles dont l’actualité est inversement proportionnelle à la valeur, il ne s’agit pas d’un affrontement entre un français et un étranger, l’un de souche et l’autre sur la touche… Non mais d’un règlement de compte entre la base et le sommet… et pour paraphraser Zemmour, règlement de compte entre la haute cour de l’injustice et la bassecour de la justice… encore un petit qui se rebiffe, Dieu merci, sans faire usage de son canif.
Alors même si Zemmour n’a jamais caché sa répulsion pour tout ce qui en France, n’est pas franco-français, a-t-on pour autant le droit de l’insulter, de lui cracher dessus ? Certes, non !

Néanmoins, permettez-moi de faire l’avocat du diable, du diable-orphelin et de le défendre même si son geste est inqualifiable :
Pour frimer « sa race », mon client s’est filmé puis il a publié son forfait, son trophée sur les réseaux sociaux.
Eh bien figurez-vous que je considère cette publication comme une circonstance atténuante pour ce délit de lèse-majesté.
Ma racaille n’a certes ni la verve, ni le verbe d’un Boris Vian, pour dire : « j’irais cracher sur votre tombe ».
Mais le cri animal de celui qui se sent quotidiennement humilié et offensé sur tous les tons et les écrans, parce qu’il est d’ailleurs et non d’ici, arabe, noir et musulman…
Il ne peut être à la une que s’il offense l’homme de toutes les tribunes.
Et son geste odieux ou hideux, n’est qu’une faute de mieux pour dire à Zemmour : trop c’est trop !
C’est bassement politique mais ça reste politique, comme un hommage rendu par le vice à la fausse vertu.
Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, je dirais que mon client à l’insu de son plein gré, vient de rendre à Zemmour le plus grand des services, en transformant le coupable en victime ; le virus en Dreyfus !

https://www.lejournaldepersonne.com/…/…/cracher-sur-zemmour/..

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s