♦ L’histoire du clan Bush : La connexion Nazie au service des Jésuites – Partie 1


Partie 1 : Prescott S. Bush et son fils George Herbert Walker Bush

L’ancêtre de George Walker Bush était Thomas Walker, un marchand d’esclaves britannique. Contrairement à ce qui a été dit la famille Bush n’a jamais été indépendante. Chaque étape de sa carrière dans son ascension s’appuyait sur les puissantes connexions de sa famille.

La famille Bush a rejoint l’Establishment occidental relativement récemment, et seulement en tant que serviteurs. Leur richesse et leur influence résultent de leur loyauté envers une autre famille plus puissante et de leur volonté de tout faire pour aller de l’avant.

Pour ce qu’ils ont fait, les ancêtres de Bush auraient dû devenir très célèbres, ou infâmes. Ils sont restés des figures obscures, des managers en coulisses. Mais leurs actions – y compris le rôle de banquier du père de George Herbert Walker Bush pour Adolf Hitler – ont eu des effets tragiques sur la planète entière.

Ce sont ces services aux bienfaiteurs de sa famille qui ont propulsé George Bush au sommet.

Prescott entre en guerre

Le président George Herbert Walker Bush est né en 1924, fils de Prescott S. Bush et de Dorothy Walker Bush.

Nous commencerons l’histoire de George Bush environ dix ans avant sa naissance, à la veille de la Première Guerre mondiale. Nous suivrons la carrière de son père, Prescott Bush, à travers son mariage avec Dorothy Walker, sur le chemin de la fortune et du pouvoir.

Prescott Bush est entré à l’Université de Yale en 1913. Natif de Columbus, Ohio, Prescott avait passé les cinq dernières années avant l’université à l’école préparatoire épiscopale de St. George’s à Newport, Rhode Island.

La première année universitaire de Prescott Bush, en 1913, fut aussi la première année de première année à Yale pour E. Roland (« Bunny ») Harriman, dont le frère aîné (Wm.) Averell Harriman venait de terminer ses études à Yale.

C’est l’Averell Harriman qui est devenu célèbre comme ambassadeur des États-Unis en Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale, comme gouverneur de l’État de New York et comme conseiller présidentiel qui a été grandement responsable du déclenchement de la guerre du Vietnam.

Les Harrimans deviendraient les parrains des Bush, pour les élever sur la scène de l’histoire du monde.

Au printemps 1916, Prescott Bush et « Bunny » Harriman ont été choisis pour faire partie d’une société secrète d’élite de Yale, appelée «Skull and Bones».

Ce groupe exceptionnellement morbide, célébrant la mort, a aidé les financiers de Wall Street à trouver des jeunes hommes actifs de « bonne naissance » pour former une sorte d’imitation de l’aristocratie britannique en Amérique.

La Première Guerre mondiale faisait alors rage en Europe. Dans la perspective de l’entrée en guerre des Etats-Unis, deux «Patriarches» de Skull and Bones, Averell Harriman (classe de 1913) et Percy A. Rockefeller (classe de 1900), accordent une attention particulière à celle de Prescott en 1917.

Ils voulaient des cadres fiables pour les aider à jouer au Grand Jeu, dans la nouvelle ère impériale lucrative que la guerre ouvrait pour les oligarques de Londres et de New York.

Prescott Bush, alors un ami proche de « Bunny » Harriman, et plusieurs autres Bonesmen de leur classe de 1917, deviendront plus tard les principaux partenaires de Brown Brothers Harriman, la plus grande banque d’investissement privée du monde.

La Première Guerre mondiale a rapporté d’énormes sommes d’argent au clan des spéculateurs boursiers et des banquiers britanniques qui venaient de prendre le contrôle de l’industrie américaine. Les Harrimans étaient les stars de cette nouvelle élite anglo-américaine.

Le père d’Averell, le courtier en valeurs mobilières E.H. Harriman, avait pris le contrôle de l’Union Pacific Railroad en 1898 avec le crédit arrangé par William Rockefeller, le père de Percy, et par les banquiers privés affiliés britanniques de Kuhn Loeb & Co, Otto Kahn, Jacob Schiff et Felix Warburg.

William Rockefeller, trésorier de Standard Oil et frère du fondateur de Standard, John D. Rockefeller, possédait National City Bank (plus tard nommée « Citibank ») avec James Stillman du Texas.

En échange de leur soutien, E.H. Harriman déposa à la City Bank les vastes recettes de ses lignes de chemin de fer. Lorsqu’il a émis des dizaines de millions de dollars d’actions de chemin de fer «corrompues» (frauduleuses), Harriman a vendu la plupart des actions par l’entremise de la société Kuhn Loeb.

La Première Guerre mondiale a élevé Prescott Bush et son père, Samuel P. Bush, dans les rangs inférieurs de l’establishment occidental.

Alors que la guerre menaçait en 1914, la National City Bank commença à réorganiser l’industrie américaine de l’armement. Percy A. Rockefeller a pris le contrôle direct de la société Remington Arms, nommant son propre homme, Samuel F. Pryor, comme nouveau directeur général de Remington.

Les États-Unis sont entrés dans la Première Guerre mondiale en 1917. Au printemps 1918, le père de Prescott, Samuel P. Bush, devint chef de la section de l’artillerie, des armes légères et des munitions de la Commission des industries de guerre.Le premier ministre Bush prit la responsabilité nationale de l’aide gouvernementale et des relations avec Remington et les autres compagnies d’armement.

Il s’agissait d’une nomination inhabituelle, comme le père de Prescott semble n’avoir aucune expérience en armement. Samuel Bush avait été président de la Buckeye Steel Castings Co. à Columbus, Ohio, fabricant de pièces pour wagons. Toute sa carrière s’était déroulée dans le secteur ferroviaire, où il fournissait de l’équipement aux réseaux ferroviaires appartenant à Wall Street.

Le «War Industries Board» était dirigé par Bernard Baruch, un spéculateur de Wall Street ayant des liens personnels et commerciaux étroits avec le vieux E.H. Harriman. La firme de courtage de Baruch s’était occupée de spéculations Harriman de toutes sortes.

En 1918, Samuel Bush devient directeur de la Division des installations du War Industries Board. Le père de Prescott relevait du président du conseil d’administration, Bernard Baruch, et de son adjoint, Clarence Dillon, banquier privé de Wall Street.

Robert S. Lovett, président de l’Union Pacific Railroad, conseiller juridique en chef d’E.H. Harriman et exécuteur testamentaire, était responsable de la production nationale et des «priorités» d’achat pour le conseil de Baruch.

Avec la mobilisation guerrière menée sous la supervision du «War Industries Board», les consommateurs et les contribuables américains ont fait des fortunes sans précédent pour les producteurs de guerre et certains détenteurs de matières premières et de brevets.

En 1934, les audiences du comité du sénateur américain Gerald Nye attaquèrent les «Marchands de la mort» – des profiteurs de guerre tels que Remington Arms et la société britannique Vickers – dont les vendeurs avaient manipulé de nombreuses nations en guerres, puis fourni les armes pour les combattre à toutes les parties.

Les Remington Arms de Percy Rockefeller et Samuel Pryor ont fourni des mitrailleuses et des pistolets automatiques Colt ; des millions de fusils à la Russie tsariste ; plus de la moitié des munitions pour armes légères utilisées par les alliés anglo-américains pendant la Première Guerre mondiale ; et 69 % des fusils utilisés par les États-Unis dans ce conflit.

La relation de Samuel Bush en temps de guerre avec ces hommes d’affaires se poursuivrait après la guerre et aiderait surtout son fils Prescott dans sa carrière au service des Harrimans.

La plupart des documents et de la correspondance de la section du gouvernement liée aux armes de Samuel Bush ont été brûlés, «pour gagner de la place» dans les Archives nationales. Cette question des documents détruits ou égarés devrait préoccuper les citoyens d’une république constitutionnelle.

Malheureusement, c’est un obstacle assez constant à la recherche sur l’histoire de George Bush : C’est certainement le directeur général américain le plus «secret».

Aujourd’hui, la production d’armes en temps de guerre se fait par nécessité avec de grandes précautions en matière de sécurité. Le public n’a pas besoin de connaître les détails de la vie privée des dirigeants du gouvernement ou de l’industrie concernés, et il est normal et utile qu’il existe une vaste interrelation entre le gouvernement et le personnel du secteur privé.

Mais pendant la période précédant la Première Guerre mondiale et pendant les années de guerre 1914-1917, alors que les États-Unis étaient encore neutres, les financiers interdépendants de Wall Street, soumis à la stratégie britannique, ont exercé de fortes pressions et perverti le gouvernement américain et ses services policiers nationaux.

Dirigés par le groupe J.P. Morgan, l’agent d’achat global de la Grande-Bretagne en Amérique, ces financiers voulaient une guerre mondiale et voulaient que les États-Unis en soient l’allié de la Grande-Bretagne.

Les sociétés d’armement américaines et britanniques, qui appartiennent à ces financiers internationaux, ont déversé des armes à l’étranger dans le cadre d’opérations qui n’étaient soumises à l’examen d’aucun électorat au pays. Les mêmes messieurs, comme nous le verrons plus tard, ont fourni des armes et de l’argent aux nazis d’Hitler.

Adolf Hitler et Prescott Bush

( Même la page Wikipédia de Prescott Bush en parle : https://fr.wikipedia.org/wiki/Prescott_Bush )

La persistance de ce problème aujourd’hui est en partie due au «contrôle» de la documentation et de l’histoire des trafiquants d’armes.

La Première Guerre mondiale a été un désastre pour l’humanité civilisée. Elle a fait des victimes terribles, sans précédent, et a eu des effets dévastateurs sur la philosophie morale des Européens et des Américains.

Mais pendant une courte période, la guerre a plutôt bien servi Prescott Bush.

En juin 1918, au moment où son père prend la responsabilité des relations du gouvernement avec les producteurs d’armes privés, Prescott part en Europe avec l’armée américaine. Son unité ne s’est approchée d’aucun foyer de conflits avant septembre. Mais le 8 août 1918, l’article suivant a fait la une du journal local de Bush :

«Le capitaine Bush reçoit de hautes distinctions militaires :

Pour sa vaillance remarquable, lorsque les commandants principaux alliés étaient en danger, l’homme local se voit décerner des Croix françaises, anglaises et américaines.

Des distinctions honorifiques internationales, peut-être sans précédent dans la vie d’un soldat américain, ont été décernées au capitaine Prescott Sheldon Bush, fils de M. et Mme S.P. Bush de Columbus.

Sur le jeune Bush… ont été conférés : Croix de la Légion d’honneur,…. Croix de Victoria,…. Croix du service distingué…….

L’attribution des trois décorations à un homme à la fois implique la reconnaissance d’un acte d’une rare valeur et probablement d’une grande importance militaire également.

D’après ce qui a été dit à Christophe Colomb ces derniers jours, il semble que la réussite du capitaine Bush soit à la hauteur de ces exigences.

L’incident s’est produit sur le front ouest au moment où les Allemands lançaient leur grande offensive du 15 juillet…… L’histoire de la victoire remarquable remportée plus tard par les alliés aurait pu être écrite dans une autre veine, sans l’action héroïque et rapide du capitaine Bush.

Les… trois chefs alliés, le général[Ferdinand] Foch, sir Douglas Haig et le général[John J.] Pershing… faisaient une inspection des positions américaines. Le général Pershing avait fait venir le capitaine Bush pour les guider dans un secteur……

Soudain, le capitaine Bush remarqua qu’un obus venait directement vers eux. Il a crié un avertissement, a soudainement sorti son couteau bolo, l’a relevé comme avec une batte de baseball, et a paré le coup, ce qui a fait que l’obus a détourné un peu vers la droite…

Dans les 24 heures qui suivirent, le jeune Bush fut avisé que les trois commandants alliés l’avaient recommandé pour pratiquement les plus hautes distinctions dans le cadre de leur cadeau…… Le capitaine Bush a 23 ans, diplômé de Yale en 1917. Il était l’un des athlètes les plus connus de Yale… a été chef de file de la chorale club… et dans sa dernière année a été élu à la célèbre Skull and Bones Society…».

Le lendemain de la parution de cette histoire étonnante, il y avait un grand dessin animé sur la page éditoriale. Il dépeint Prescott Bush comme un petit garçon, lisant un livre d’histoires sur l’héroïsme militaire et disant : «Je me demande si quelque chose comme ça pourrait vraiment arriver à un garçon».

Joli compte de fée…

L’enthousiasme local n’a duré que quatre semaines. Puis cette sombre petite boîte est apparue en première page :

«Rédacteur en chef du Journal d’État :

Un télégramme reçu de mon fils, Prescott S. Bush, m’informe qu’il n’a pas été décoré, tel que publié dans les journaux le mois dernier. Il se sent terriblement troublé qu’une lettre, écrite dans un esprit de fantaisie, ait pu être mal interprétée. Il dit qu’il n’est pas un héros et me demande des explications. Je vous remercie de votre gentillesse en publiant cette lettre…

Flora Sheldon Bush».

Prescott Bush a été libéré au milieu de 1919 et est retourné pour une courte période à Columbus, Ohio. Mais son humiliation dans sa ville natale était si intense qu’il ne pouvait plus y vivre.

L’histoire du «héros de guerre» n’est désormais plus racontée en sa présence. Des décennies plus tard, alors qu’il était un sénateur américain riche et important, l’histoire fut racontée à voix basse par les membres du Congrès.

Cherchant à être sauvé de cette horrible situation, le capitaine Bush se rendit à la réunion de 1919 de sa classe de Yale à New Haven, Connecticut. Le patriarche «Skull and Bones» Wallace Simmons, étroitement lié aux fabricants d’armes, a offert à Prescott Bush un emploi dans sa compagnie d’équipement ferroviaire de Saint-Louis. Bush a accepté l’offre et a déménagé à Saint-Louis – et son destin.

Un mariage pur-sang

Prescott Bush est allé à Saint-Louis pour reconstruire sa vie perturbée. Au cours de la même année, Averell Harriman s’y rendit pour un projet qui aurait de grandes conséquences pour Prescott. Harriman, 28 ans, qui était jusqu’alors un peu un playboy, voulait mettre son argent et ses contacts hérités dans l’arène des affaires mondiales.

Le président Theodore Roosevelt avait dénoncé le père de Harriman pour «cynisme et corruption profonde» et l’avait qualifié de «citoyen indésirable». Pour qu’Averell, toujours aussi malin, puisse prendre sa place parmi les créateurs et les briseurs de nations, il avait besoin d’une organisation financière et de collecte de renseignements qui lui soit propre. L’homme que Harriman cherchait à créer une telle institution était Bert Walker, un courtier en valeurs mobilières du Missouri.

George Herbert ( » Bert « ) Walker, en l’honneur duquel le président George H.W. Bush a été nommé, n’a pas immédiatement accepté la proposition de Harriman. Walker quitterait-il son petit empire Saint-Louis pour tenter son influence à New York et en Europe ?

Bert était le fils d’un grossiste en produits secs qui avait prospéré grâce aux importations en provenance d’Angleterre. La connexion britannique avait payé les maisons de vacances Walker à Santa Barbara, Californie, et à Maine- « Walker’s Point » à Kennebunkport. Bert Walker avait été envoyé en Angleterre pour son école préparatoire et sa formation universitaire.

En 1919, Bert Walker avait des liens étroits avec la Guaranty Trust Company à New York et avec la maison bancaire anglo-américaine J.P. Morgan and Co. Ces entreprises de Wall Street représentaient tous les propriétaires importants des chemins de fer américains : les partenaires Morgan et leurs associés ou cousins dans les familles Rockefeller, Whitney, Harriman et Vanderbilt, mariées entre elles.

Bert Walker était connu comme le premier arrangeur de transactions du Midwest, attribuant le capital d’investissement de ses contacts bancaires internationaux aux nombreux chemins de fer, services publics et autres industries du Midwest dont lui et ses amis de Saint-Louis étaient dirigeants ou membres du conseil.

Les opérations de Walker ont toujours été silencieuses ou mystérieuses, que ce soit dans les affaires locales ou mondiales. Il avait longtemps été le «pouvoir derrière le trône» au sein du Parti démocratique de Saint-Louis, aux côtés de son ami, l’ancien gouverneur du Missouri David R. Francis. Ensemble, Walker et Francis ont eu suffisamment d’influence pour choisir les candidats du parti.

En 1904, Bert Walker, David Francis, le président de l’Université de Washington, Robert Brookings et leur cercle de banquiers/courtiers avaient organisé une exposition mondiale à St. Louis, la Louisiana Purchase Exposition.

Dans la lignée des anciennes origines familiales de la Southern Confederacy de beaucoup de ces sponsors, la foire présentait un «zoo humain» : des indigènes vivants des régions de la jungle arriérées étaient exposés dans des cages spéciales sous la supervision de l’anthropologue William J. McGee.

Averell Harriman était donc un mécène naturel pour Bert Walker. Bert partageait la passion d’Averell pour l’élevage de chevaux et les courses hippiques, et s’est facilement adapté à la philosophie sociale de la famille Harriman.

Ils croyaient que les chevaux et les écuries de course qu’ils possédaient ouvraient la voie à une amélioration radicale du cheptel humain – il suffisait de sélectionner et d’accoupler des pur-sang, de rejeter ou d’éliminer les animaux de qualité inférieure.

La Première Guerre mondiale avait amené la petite oligarchie de Saint-Louis dans l’administration du président Woodrow Wilson et de ses conseillers, le colonel Edward House et Bernard Baruch, axée sur les Confédérés et les propriétaires d’esclaves.

Robert Brookings, un ami de Walker, est entré au conseil des industries de guerre de Bernard Baruch en tant que directeur de la fixation nationale des prix . David R. Francis est devenu ambassadeur des États-Unis en Russie en 1916. Au début de la Révolution bolchévique, Bert Walker était occupé à nommer des membres du personnel de Francis à Petrograd.

Les premières activités de Walker en relation avec l’État soviétique sont d’un grand intérêt pour les historiens, étant donné le rôle militant qu’il devait y jouer avec Harriman. Mais la vie de Walker est aussi secrète que celle du reste du clan Bush, et les archives publiques qui subsistent sont extrêmement minces.

La conférence de paix de Versailles de 1919 réunit des stratèges impériaux britanniques et leurs amis américains pour conclure des accords mondiaux d’après-guerre.

Pour ses propres aventures internationales, Harriman avait besoin de Bert Walker, spécialiste de la question, qui représentait discrètement bon nombre des dirigeants désignés par les Britanniques de la politique et des finances américaines.

Après deux voyages de persuasion vers l’ouest par Harriman, Walker a finalement accepté de déménager à New York. Mais il gardait la maison d’été de son père à Kennebunkport, Maine.

Bert Walker a officiellement créé la banque privée W.A. Harriman & Co. en novembre 1919. M. Walker est devenu président et chef de la direction de la banque ; Averell Harriman a été président du conseil et copropriétaire majoritaire avec son frère Roland ( » Bunny « ), un ami proche de Prescott Bush de Yale ; et Percy Rockefeller a été administrateur et un commanditaire financier fondateur.

À l’automne 1919, Prescott Bush fait la connaissance de la fille de Bert Walker, Dorothy. Ils se fiancèrent l’année suivante et se marièrent en août 1921. Parmi les huissiers et les mariés au mariage raffiné se trouvaient Ellery S. James, Knight Woolley et quatre autres membres de «Skull and Bonesmen» de la classe Yale en 1917.

La famille élargie Bush-Walker s’est réunie chaque été à la «maison de campagne Walker» à Kennebunkport, depuis ce mariage des parents du président Bush jusqu’à nos jours.

Lorsque Prescott a épousé Dorothy, il n’était qu’un petit dirigeant de la Simmons Co. fournisseur d’équipement ferroviaire, tandis que le père de sa femme bâtissait l’une des entreprises les plus gigantesques au monde.

L’année suivante, le couple a tenté de retourner à Columbus, dans l’Ohio, où Prescott a travaillé pendant une courte période dans une entreprise de produits en caoutchouc appartenant à son père. Mais ils déménagèrent bientôt à Milton, dans le Massachusetts, après que des étrangers eurent acheté la petite entreprise familiale et l’eurent déplacée près de là.

Ainsi, Prescott Bush n’allait nulle part, lorsque son fils George Herbert Walker Bush – le futur président des États-Unis – est né à Milton, au Massachusetts, le 12 juin 1924.

C’est peut-être comme cadeau d’anniversaire pour George que « Bunny » Harriman est intervenu pour sauver son père Prescott de l’oubli, l’amenant dans la U.S. Rubber Co. contrôlée par Harriman à New York City. En 1925, la jeune famille déménage dans la ville où George devait grandir : Greenwich, Connecticut, une banlieue de New York et de New Haven/Yale.

Puis, le 1er mai 1926, Prescott Bush se joint à W.A. Harriman & Co. à titre de vice-président, sous la direction du président de la banque, Bert Walker, son beau-père et grand-père maternel de George, le chef de famille.

Le Grand Jeu :

Prescott Bush fera preuve d’une grande loyauté envers la firme à laquelle il s’est joint en 1926. Et la banque, avec l’envergure et le pouvoir de nombreuses nations ordinaires, pourrait largement récompenser ses agents.

Le grand-père de George Bush, le grand-père Walker, avait monté l’entreprise, discrètement, secrètement, en utilisant toutes les connexions internationales à sa disposition. Revenons brièvement sur les débuts de l’entreprise Harriman – l’entreprise familiale Bush – et suivons son cours dans l’un des projets les plus sombres de l’histoire.

Le premier levier mondial de l’entreprise a été la réussite de l’accord qu’elle a conclu pour s’implanter en Allemagne en dominant le transport maritime de ce pays. Averell Harriman annonça en 1920 qu’il allait redémarrer la ligne Hambourg-Amerika en Allemagne, après de nombreux mois d’intrigues et de torsion de bras.

Les navires à vapeur commerciaux de Hambourg-Amerika avaient été confisqués par les États-Unis à la fin de la Première Guerre mondiale. Ces navires étaient alors devenus la propriété de l’entreprise Harriman, en vertu de certains arrangements avec les autorités américaines qui n’avaient jamais été rendus publics.

L’accord était époustouflant ; il créerait la plus grande compagnie maritime privée du monde. La ligne Hambourg-Amérique a regagné ses navires confisqués, pour un lourd tribut.

L’entreprise Harriman prit «le droit de participer à 50 pour cent de toutes les affaires provenant de Hambourg» ; et pendant les vingt années suivantes (1920-1940), l’entreprise Harriman avait «le contrôle complet de toutes les activités de la ligne Hambourg aux Etats-Unis».

Harriman est devenu copropriétaire de Hambourg-Amerika. La firme Harriman-Walker s’empara de sa direction avec le soutien pas si subtil de l’occupation de l’Allemagne par les armées d’Angleterre et d’Amérique après la Première Guerre mondiale.

Juste après la déclaration publique de Harriman, la presse de St. Louis a célébré le rôle de Bert Walker en rassemblant l’argent pour conclure l’affaire.

Avec des titres comme :

«L’ex-St. Louisan forme une fusion de navires géants»

«G.H. Walker déplace le pouvoir derrière la moissonneuse-batteuse Harriman-Morton…»

L’histoire a célébré une «fusion de deux grandes maisons financières à New York, ce qui mettra un capital pratiquement illimité à la disposition de la nouvelle association américano-allemande de transport maritime…».

Bert Walker avait arrangé un «mariage» du crédit de J.P. Morgan et la famille Harriman a hérité de la richesse.

W.A. Harriman & Co, dont Walker était président et fondateur, fusionnait avec la banque privée Morton & Co. et Walker était «un homme important dans les affaires de Morton & Co».

La prise de contrôle de Hambourg-Amerika a créé un instrument efficace pour la manipulation et la subversion fatale de l’Allemagne. L’un des grands «marchands de la mort», Samuel Pryor, y était dès le début.

Pryor, alors président du comité exécutif de «Remington Arms», a aidé à conclure l’entente et a siégé avec Walker au conseil d’administration de l’organisation maritime d’Harriman, l’American Ship and Commerce Co.

En 1922, Walker et Harriman firent un pas de géant en établissant leur siège social européen à Berlin. Avec l’aide de la banque Warburg basée à Hambourg, W.A. Harriman & Co. a commencé à étendre son réseau d’investissement à l’industrie et aux matières premières allemandes.

De la base berlinoise, Walker et Harriman se sont ensuite lancés dans des affaires avec la nouvelle dictature de l’Union soviétique.

Ils ont dirigé un groupe restreint de spéculateurs de Wall Street et de l’Empire britannique qui ont relancé l’industrie pétrolière russe, dévastée par la Révolution bolchévique. Ils se sont contractés pour extraire du manganèse soviétique, un élément essentiel à la fabrication moderne de l’acier.

Ces concessions ont été arrangées directement avec Léon Trotsky, puis avec Feliks Dzerjinsky, fondateur des services secrets de renseignement de la dictature soviétique (K.G.B), dont l’immense statue a finalement été démolie par des manifestants pro-démocratie en 1991.

Ces spéculations ont créé à la fois les voies de communication et le style d’accommodement, avec la dictature communiste, qui ont continué dans la famille jusqu’au président Bush.

Avec le lancement de la banque, Bert Walker a trouvé à New York l’endroit idéal pour satisfaire sa passion pour le sport, les jeux et les paris. Walker a été élu président de la U.S. Golf Association en 1920.

Il a négocié de nouvelles règles internationales pour le jeu avec le «Royal and Ancient Golf Club» de St. Andrews, en Écosse. Après ces discussions, il a contribué à la Coupe Walker d’argent d’une hauteur de trois pieds, pour laquelle les équipes britanniques et américaines ont depuis participé tous les deux ans.

Le gendre de Bert, Prescott Bush, fut plus tard secrétaire de la U.S. Golf Association, pendant les graves crises politiques et économiques du début des années 1930. Prescott est devenu président de l’USGA en 1935, alors qu’il était par ailleurs impliqué dans le travail de l’entreprise familiale avec l’Allemagne nazie.

Quand George avait un an, en 1925, Bert Walker et Averell Harriman ont dirigé un syndicat qui a reconstruit le Madison Square Garden en tant que Palais des sports moderne. Walker était au centre de la vie des jeux de hasard de New York à son apogée, à l’époque de la grande prohibition des gangsters sanguinaires.

C’était l’époque du crime organisé – le syndicat national des jeux de hasard et de la contrebande structuré selon le modèle d’entreprise new-yorkais.

À partir de 1926, le père de George, Prescott Bush, fait preuve d’une loyauté féroce envers les Harriman et d’une détermination inébranlable à se perfectionner; il en vient graduellement à diriger les activités quotidiennes de W.A. Harriman & Co.

Après la fusion, en 1931, de la société avec la maison bancaire anglo-américaine Brown Brothers, Prescott Bush devient associé directeur de la société issue de la fusion : Brown Brothers Harriman. Il s’agissait en fin de compte de la plus grande et, sur le plan politique, de la plus importante banque privée d’Amérique.

L’effondrement financier, la dépression mondiale et les bouleversements sociaux ont suivi la spéculation fiévreuse des années 1920. L’effondrement des valeurs mobilières en 1929-1931 a anéanti la petite fortune que Prescott Bush avait gagnée depuis 1926. Mais à cause de sa dévotion pour les Harrimans, ils ont «fait quelque chose de très généreux», comme Bush l’a dit plus tard. Ils l’ont remis sur pied.

Prescott Bush a décrit son propre rôle, de 1931 aux années 1940, dans une entrevue confidentielle :

«Je souligne… que les Harrimans ont fait preuve d’un grand courage, de loyauté et de confiance en nous, parce que trois ou quatre d’entre nous dirigeaient vraiment l’entreprise, les affaires courantes. Averell était un peu partout à l’époque… et Roland était impliqué dans de nombreux postes d’administrateur, et il ne s’occupait pas de l’activité « ascensionnelle » de la banque, vous voyez – les décisions quotidiennes… nous gérions vraiment les affaires, les affaires quotidiennes, les décisions administratives et les décisions exécutives. C’est nous qui l’avons fait. Nous étions les associés directeurs, disons».

Mais parmi les trois ou quatre associés responsables, Prescott était effectivement à la tête de l’entreprise, car il avait repris la gestion des gigantesques fonds de placement personnels d’Averell et E. Roland « Bunny » Harriman.

Dans ces années d’entre-deux-guerres, Prescott Bush a fait la fortune familiale dont George Bush a hérité. Il a amassé l’argent d’un projet international qui s’est poursuivi jusqu’à une nouvelle guerre mondiale, et l’action du gouvernement américain est intervenue pour l’arrêter.

Construit avec les Extraits de « George Bush : La biographie non autorisée » de Webster Griffin Tarpley et Anton Chaitkin ainsi que les références suivantes :

1.Washington Post, Aug. 16, 1991, p. A1.

  1. Gen. Hugh S. Johnson to Major J.H.K. Davis, June 6, 1918, file no. 334.8/168 or 334.8/451 in U.S. National Archives, Suitland, Maryland.
  2. Bernard M. Baruch, My Own Story (New York: Henry Holt and Co., 1957), pp. 138-39. Baruch related that “our firm did a large business for Mr. Harriman… In 1906 Harriman had [us] place heavy bets on Charles Evans Hughes in his race for Governor of New York against William Randolph Hearst. After several hundred thousand dollars had been wagered, [our firm] stopped. Hearing of this, Harriman called… up. Didn’t I tell you to bet?’ he demanded.Now go on.’|”
  3. Alden Hatch, Remington Arms: An American History, 1956, copyright by the Remington Arms Co., pp. 224-25.
  4. The Ohio State Journal, Columbus, Ohio, Thursday, Aug. 8, 1918.
  5. The Ohio State Journal, Friday, Aug. 9, 1918.
  6. The Ohio State Journal, Friday, Sept. 6, 1918.
  7. Interview with Prescott Bush in the Oral History Research Project conducted by Columbia University in 1966, Eisenhower Administration Part II; pp. 5-6. The interview was supposed to be kept confidential and was never published, but Columbia later sold microfilms of the transcript to certain libraries, including Arizona State University.
  8. Theodore Roosevelt to James S. Sherman, Oct. 6, 1906, made public by Roosevelt at a press conference April 2, 1907. Quoted in Henry F. Pringle, Theodore Roosevelt (New York: Harcourt, Brace and Company, 1931), p. 452. Roosevelt later confided to Harriman lawyer Robert S. Lovett that his views on Harriman were based on what J.P. Morgan had told him.
  9. See The Industries of St. Louis, published 1885 by J.M. Elstner & Co., pp. 61-62 for Crow, Hagardine & Co., David Walker’s first business; and p. 86 for Ely & Walker.
  10. See Letter of G.H. Walker to D.R. Francis, March 20, 1905, in the Francis collection of the Missouri Historical Society, St. Louis, Missouri, on the organization of the Republicans and Democrats to run the election of the mayor, a Democrat acceptable to the socially prominent. The next day Walker became the treasurer and Francis the president of this “Committee of 1000.” See also George H. Walker obituary, St. Louis Globe-Democrat, June 25, 1953.
  11. Letter of Perry Francis to his father, Ambassador David R. Francis, Oct. 15, 1917, Francis collection of the Missouri Historical Society. “… Joe Miller left for San Francisco last Tuesday night, where he will receive orders to continue to Petrograd. I was told by Mildred Kotany [Walker’s sister-in-law] that Bert Walker got him his appointment through Breck Long. I didn’t know Joe was after it, or could have helped him myself. He will be good company for you when he gets there….”
  12. Private interview with a Walker family member, cousin of President Bush.
  13. Prescott Bush, Columbia University, op. cit., p. 7.
  14. St. Louis Globe Democrat, Aug. 7, 1921. 16. This is the sequence of events, from Simmons to U.S. Rubber, which Prescott Bush gave in his Columbia University interview, op. cit.,) pp. 7-8.
  15. Public statement of Averell Harriman, New York Times, Oct. 6, 1920, p. 1.
  16. St. Louis Globe-Democrat, Oct. 12, 1920, p. 1.
  17. Sports-as-business has continued in the family up through George Bush’s adult life. Bert’s son George Walker, Jr.–President Bush’s uncle and financial angel in Texas–co-founded the New York Mets and was the baseball club’s vice president and treasurer for 17 years until his death in 1977. The President’s son, George Walker Bush, was co-owner of the Texas Rangers baseball club during his father’s presidency.
  18. Prescott Bush, Columbia University, op. cit., pp. 16-22.

A suivre…

Source :

– http://humansarefree.com/2015/02/the-house-of-bush-born-in-bank.html /

– https://geopolitics.co/2018/12/02/in-memoriam-george-h-scherff-jr-aka-george-hw-bush-sr/

 http://humansarefree.com/2015/04/george-bush-pedophile-sex-ring-and.html

– https://www.zerohedge.com/news/2018-12-03/ignored-legacy-george-hw-bush-war-crimes-racism-obstruction-justice

Traduction et Ajouts : ExoPortail
– Source : ExoPortail

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s