♦ L’histoire du clan Bush : La connexion Nazie au service des Jésuites – Partie 2


Partie 2 : Un regarde plus profond sur les liens entre la famille Bush et les Nazis :

La véritable identité de George HW Bush a été découverte grâce à la persévérance d’un journaliste d’investigation, Michael Nicoloff, et aux aveux d’Otto Skorzeny, le garde du corps proche d’Hitler, sur son lit de mort.

Selon Otto Skorzeny, la famille Scherff et quelques amis sont photographiés (vers 1938). La main gauche de « Mère » Scherff est celle de Martin Bormann. Devant se trouve Reinhardt Gehlen. À l’arrière, Joseph Mengele et à sa droite, Skorzeny, un jeune homme. Au centre droit (dans l’uniforme de la marine allemande) se trouve George H. Scherff, Jr. et son père George H. Scherff, Sr Bormann est devenu le commandant en second d’Hitler. Reinhardt Gehlen était un officier SS en chef et un assassin qui a été sorti clandestinement d’Allemagne dans le cadre de l’opération Paperclip. Skorzeny était le garde du corps d’Hitler et l’espion/assassassin SS qui est venu aux États-Unis après la guerre sous le projet Paperclip. Skorzeny et GHW Bush ont joué un rôle déterminant dans la fusion du renseignement nazi (SS) avec l’OSI pour former la CIA avec « Wild Bill » Donovan et Allen Dulles. Ces personnes ont également participé à des expériences de contrôle mental de la CIA comme MK-ULTRA. L’officier et médecin SS Joseph Mengele, l’«Ange de la mort» d’Auschwitz, notoirement sadique, fuit l’Allemagne en Amérique du Sud après la guerre. George H. Scherff, Jr. est devenu le 41e président des États-Unis en tant que GHW Bush et George H. Scherff, Sr. était «l’assistant de confiance» de Nicola Tesla.

Ce que vous êtes sur le point de lire est un autre pas au-delà de la recherche menée au début des années 90 par l’auteur/historien Webster Tarpley sur la base des « indices » fournis par l’ancien garde du corps d’Hitler Otto Skorzeny et sa boîte de photos. Depuis la mort de Skorzeny en 1999, les différentes pistes qu’il a fournies ont fait l’objet d’un suivi et tendent à soutenir ce qui, à première vue, semble être les incantations incroyables d’un vieil homme amer. Ce qui reste constant lorsque nous parcourons les documents officiels, la correspondance privée, les mémoires, les articles de journaux, les photos et autres «indices» accessibles au public, c’est que les documents de la famille Bush (ceux qui existent) sont un casse-tête d’inconsistances et de curiosités. Puisqu’il est un fait établi par le Congrès que Prescott Bush était en affaires avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, nous pouvons dire avec certitude que le lien Bush/Nazi existait.

Qui sont les Bush ? Comment se sont-ils connectés avec les nazis ? Le lien est-il toujours vivant grâce aux présidents américains George H.W. Bush et George W. Bush ? Les réponses ne sont pas aussi littérales que nous le souhaiterions. Mais nous avons le témoignage d’Otto Skorzeny et ses photos. Voici donc le premier volet d’une enquête qui mène à une curieuse conclusion : La famille «Bush» a été créée pour détruire l’Amérique.

Ce qu’on nous enseigne sur l’histoire dans les écoles américaines n’est pas de l’histoire, mais un conte de fées. Mieux encore, il s’agit d’une propagande destinée à tromper une société sans méfiance au sujet de son véritable héritage et des actes de trahison et de sabotage qui ont été conçus afin d’instaurer un nouvel ordre mondial. Vous êtes sur le point d’apprendre les vraies identités de ceux qui ont infiltré votre nation au nom de sociétés secrètes désireuses de réaliser l’esclavage total de l’humanité. Dans le passé, d’autres ont écrit sur les nombreuses conspirations visant à contrôler les ressources naturelles, l’énergie, l’alimentation et notre droit souverain de vivre sur la planète Terre – non pas en tant qu’esclaves d’une poignée de riches – mais en tant qu’hommes, femmes et enfants libres exerçant leur libre arbitre donné par «Dieu».

La recherche est l’investigation et l’étude systématiques des matériaux et des sources afin d’établir des faits et d’arriver à de nouvelles conclusions. Il s’agit d’une recherche importante. Lisez-le attentivement, avec un esprit ouvert. Compte tenu de l’utilisation de fluorures (fluorure de sodium) dans l’eau potable et le dentifrice, vous êtes peut-être déjà dans le déni. Les fluorures (nous dit-on) sont pour la prévention de la carie dentaire. Vous, le lecteur, pouvez décider si elles fonctionnent vraiment. La vraie raison pour laquelle ils sont ajoutés à votre eau potable et à votre dentifrice est pour vous rendre psychologiquement et physiquement apathiques.

Le plan directeur :

Arrivée des banquiers

Au début du XXe siècle, un plan visant à prendre lentement le pouvoir sur le gouvernement des États-Unis a commencé à se concrétiser. De nombreux ouvrages ont été écrits sur la machine nazie à l’origine de deux guerres mondiales, mais peu d’entre eux ont suivi les traces des financiers étrangers et des acteurs que nous préférons appeler « politiciens ».

Un bref coup d’œil aux registres d’expédition, aux manifestes des passagers et aux transactions financières à Wall Street indique un modèle de tromperie qui a été mis au point par cette même machine. Le niveau de coopération des organismes gouvernementaux et de leurs représentants élus était non seulement honteux, mais aussi ouvertement traître.

Dans son livre, «The Creature From Jekyll Island»[1], l’auteur G. Edward Griffin décrit les réunions secrètes qui ont créé la Réserve fédérale en 1913. L’architecte du plan, Paul M. Warburg, était un représentant des banques Rothschild en Angleterre et en France et son frère Felix dirigeait les banques Warburg en Allemagne et aux Pays-Bas. Il est important de noter que le premier reportage «officiel» sur la Réserve fédérale dans les médias a eu lieu trois ans plus tard. Dans « Leslie’s Weekly »[2] B.C. Forbes décrit la rencontre secrète entre le sénateur républicain Nelson W. Aldrich et six des plus puissants banquiers du monde. Le fait que cette réunion ait dû avoir lieu dans une île secrète et clandestine indique le niveau de tromperie, de dissimulation – et de trahison.

Paul Warburg :

Le fait que Paul Warburg, de nationalité allemande, parlait suffisamment bien l’anglais pour rédiger un document financier (un volume de 1 750 pages) qui a abouti à la Federal Reserve Act destinée à contrôler les finances des États-Unis (depuis l’Europe) n’est pas une mince affaire. Un intérêt particulier a été de savoir comment Warburg a été en mesure d’établir ces connexions importantes avant son arrivée aux États-Unis en 1913 et ensuite orchestrer ce coup financier. Warburg devait connaître ses complices avant de venir en Amérique.

Le premier document officiel du voyage de Paul Warburg aux États-Unis figure dans le manifeste des passagers du Kaiser Wilhelm II, à son arrivée à Ellis Island, le 13 octobre 1903. [3] Le manifeste officiel (ligne 7) énumère un « M. P. Warburg, 35 ans ; Occupation : Banquier ; Nationalité : Américain ; Patrimoine : Allemand ; Dernière résidence : Hambourg ; Destination finale : New York ; domicile : 3 E. 82nd St., New York.

En fait, Paul Warburg prétendait être américain en 1903. Cette revendication était-elle valable en 1903 ?

Ce manifeste des passagers du 13 octobre 1903 présente un intérêt particulier en ce qui concerne le fait que d’autres passagers importants de la communauté financière d’élite se trouvaient également sur le même manifeste des passagers. Harry Sachs (de Goldman Sachs) figure sur la liste des passagers mais, contrairement à Warburg, il n’était pas tenu de déclarer sa destination ou son adresse. En fait, sur les 30 passagers énumérés à la page 293 de la base de données Ellis Island sur les arrivées de navires et de passagers, P. Warburg était le seul passager tenu de déclarer sa destination.

Était-ce une tentative d’établir la nationalité de Warburg ?

Il est surprenant de constater que la seconde moitié de la page manque dans la base de données, de sorte que nous ne sommes pas privilégiés avec des informations pertinentes et «officielles» quant à son lieu de naissance ou à sa description physique à cette occasion. Les arrivées futures au port de New York apporteraient plus de lumière sur ces questions. La tenue des dossiers par l’Office de l’immigration le 13 octobre 1903 n’était pas simplement négligée. Il semble que Warburg et d’autres passagers n’aient pas fait l’objet d’un examen minutieux dans la mesure où la loi l’exigeait et qu’ils aient été aidés à entrer au pays pour des raisons spéciales, mais illégales. Contrairement aux arrivants antérieurs ou postérieurs, les agents d’immigration étaient autorisés (ou chargés) d’être laxistes et manifestement négligents dans l’exercice de leurs fonctions, en particulier lorsque les destinations et les lieux de naissance étaient préoccupants.

La deuxième arrivée de Warburg aux États-Unis (sur la SS Deutschland) était semblable à la première. Bien qu’encore «citoyen américain» en 1905, il fut rétrogradé au rang de «marchand ». Cependant, à une troisième arrivée en 1906, Warburg était, une fois de plus, un « banquier». Sa mémoire lui avait fait défaut lors de ce (troisième) voyage, lorsqu’il déclara qu’il n’avait «jamais été aux Etats-Unis auparavant». Sa femme et ses deux enfants, qui l’avaient déjà accompagné lors de voyages antérieurs, n’avaient pas non plus été touchés. Il avait aussi oublié sa maison de New York, où il prétendait ne pas avoir d’adresse aux États-Unis. Lors de cette visite, Warburg a déclaré «Hambourg, Allemagne» comme son lieu de naissance.

Incroyablement, lors d’une visite ultérieure aux États-Unis, Warburg a prétendu qu’il était officiellement un «citoyen naturalisé», citant la «Circuit Court of New York City, 21 mars 1911». [5] comme le lieu et la date où il a obtenu sa citoyenneté. Malgré les proclamations antérieures de Warburg, il n’a pas été déclaré citoyen américain avant cette date. Warburg a ainsi commis un parjure, qui a été négligé à de nombreuses reprises par les fonctionnaires du Service de l’immigration, ce qui semble être un acte de trahison dans chaque cas. Lors de visites ultérieures aux États-Unis en 1910, 1912 et 1913, alors qu’il proclamait de nouveau sa citoyenneté américaine, M. Warburg a mentionné le 17 E. 80th Street, à New York, comme son adresse personnelle. Il n’a pas été question une seule fois de son association avec les banques Rothschild à Paris et à Londres, ni de sa résidence permanente en Europe, ni en Amérique. Pourquoi cette tromperie ?

James Loeb :

Pour ne pas être en reste, James Loeb, associé du cabinet bancaire Kuhn, Loeb & Company à New York, voyage avec Warburg le 13 octobre 1903. Loeb a déclaré sa citoyenneté américaine lors de ce voyage, bien qu’il ait apparemment souffert d’amnésie en 1910, négligeant de déclarer tout pays d’origine et, plus tard, en 1912, déclarant au Service d’immigration américain que son lieu de naissance était «Landsberg, Allemagne,»[6] une petite ville à l’ouest de Munich.

Loeb a aussi indiqué qu’il restait «chez M. Warburg».

L’amnésie devait être une maladie qui affligeait la plupart des banquiers allemands au début du siècle. La maladie ne s’est pas arrêtée là et s’est rapidement propagée aux établissements d’enseignement supérieur. Harvard University Press a publié une biographie commémorative au fondateur de la Loeb Classical Library, léguée à Harvard University par nul autre que James Loeb, un an après sa mort en 1933. «James Loeb est né le 6 août 1867 à New York, fils de Salomon et Betty (Goldberg) Loeb. Solomon était associé et fondateur de la société bancaire Kuhn, Loeb & Company», a commencé l’hommage. [7]

Certes, l’Université de Harvard savait où Loeb est né et, d’ailleurs, Loeb le savait aussi. Si cette citation était vraie, qu’est-ce qui aurait amené Loeb à déclarer (à l’INS) en 1912 qu’il est né à «Landsberg, Allemagne ?»

La biographie de Harvard Press n’a pas fait grand-chose pour justifier la question du lieu de naissance de Loeb.

Le Service de l’immigration des États-Unis aurait pu clarifier la question à la lumière des renseignements qu’il avait obtenus en 1903, puis en 1910. Mais ce n’était pas l’intention de l’agence. Les agents du Service de l’immigration et de la naturalisation étaient complices de la dissimulation du véritable lieu de naissance de James Loeb et de son association avec les financiers du futur parti nazi allemand, un acte qui a été aidé et encouragé par les dossiers d’immigration incomplets et mal tenus à Ellis Island et dans le port de New York. C’était une partie de la tromperie. Oui, il a vécu et travaillé à New York et a peut-être étudié à Harvard. Mais, compte tenu des liens que Kuhn, Loeb & Company avait avec les banques qui soutenaient les nazis par des activités de blanchiment d’argent jusqu’en 1942, il était très probable que Loeb (comme Warburg) avait été formé pour son rôle afin de maintenir la «lignée» des fondateurs (de ce «plan directeur»).

Il y avait d’autres incohérences dans la biographie de Harvard Press, encore une fois, d’après les documents susmentionnés. «Au cours de l’hiver 1891, une grave maladie (peut-être une dépression) l’obligea à renoncer à ses affaires et il passa l’été à voyager en Scandinavie, retournant à la banque seulement jusqu’au 1er janvier 1902, date à laquelle il prit sa retraite en raison de nouveaux problèmes de santé»

James Loeb n’aurait pas pu voyager et retourner aux États-Unis en 1892, à moins d’avoir nagé lors de son voyage de retour. Le premier de ses trois voyages à Ellis Island (de l’Europe sur le Kaiser Wilhelm II) est arrivé le 13 octobre 1903, comme mentionné précédemment. Il était peu probable qu’il serait retourné à un point d’entrée autre que New York, à moins d’être arrivé à un autre endroit secret. Et il n’y a pas eu de vols transatlantiques en 1903. L’histoire de Harvard devait être une invention destinée à cacher un sombre secret.

Compte tenu des dotations considérables que Loeb a prodiguées à Harvard et à d’autres grandes institutions éducatives, médicales et artistiques à Boston et à New York, il était plus avantageux pour Harvard de présenter Loeb comme un philanthrope et une victime de la «dépression», que comme un banquier allemand dont l’entreprise du père avait soutenu les «planificateurs principaux» de guerre avant et pendant deux guerres mondiales.

Selon d’autres récits de mémoire, «Il se retira dans un endroit plus calme, sa ferme à Shrewsbury, New Jersey, déménageant en Allemagne en 1905, où il resta (sauf pendant la Première Guerre mondiale) jusqu’à sa mort en 1933».

Évidemment, Harvard n’était pas au courant de deux autres voyages (documentés par le gouvernement fédéral) que Loeb fit à New York en 1910, et encore en 1912. Ce n’est pas un hasard si les voyages de retour de Loeb aux États-Unis (en tant que citoyen américain de retour et de retour) ont été orchestrés pour permettre à Paul Warburg de rencontrer des banquiers de Wall Street d’origine allemande, alors qu’ils complotaient pour créer la Federal Reserve System, une entité étrangère.

«A la fin de ses études, son professeur et ami Charles Eliot Norton lui a proposé d’étudier l’égyptologie à Paris et à Londres.»

Norton était le «professeur nommé d’histoire de l’art à l’Université Harvard», «de 1856 à 1874, Norton a passé beaucoup de temps en voyage et en résidence sur le continent européen et en Angleterre» et fut le premier président de l’Archaeological Institute of America (1879-1890), selon sa biographie sur wikipedia.org. Il semblerait que l’Égypte était un lieu plus propice aux études d’égyptologie que Paris et Londres, où Paul Warburg dirigeait les banques Rothschild [8].

Loeb mourut à Munich en 1933, donnant une crédibilité tardive à son affirmation de 1912, à l’INS, selon laquelle il était «né à Landsberg, en Allemagne» et était un «citoyen allemand» – «n’ayant jamais été auparavant en Amérique».

Nikola Tesla :

Malgré des récits littéraires et historiques contradictoires, Nikola Tesla, un Serbe, est né le 10 juillet 1856 à Smilja, dans la province de Lika, ou ce qui est aujourd’hui la Croatie moderne. Avant la Première Guerre mondiale, Smilja était à la frontière de l’empire austro-hongrois, de sorte que Tesla était en fait un citoyen d’origine autrichienne.

Fils d’un prêtre orthodoxe serbe qui s’est élevé au rang d’archevêque, Tesla a eu l’occasion d’étudier une variété de sujets contenus dans la bibliothèque personnelle de son père. Jeune garçon, il accompagnait son père lors de voyages à Rome, où il a pu étudier les œuvres moins connues conservées dans le vaste dépôt scientifique du Vatican.

Après avoir terminé ses études d’ingénieur et de physique à l’Institut polytechnique de Graz, en Autriche, Tesla a étudié à l’Université de Prague. Il a démontré, très tôt, une capacité innée à résoudre des problèmes mécaniques et scientifiques, notamment dans le domaine de l’électricité et de ses applications dans la production d’énergie. Après avoir travaillé pour les filiales d’Edison Telephone Company à Budapest, Paris et dans d’autres villes d’Europe, Nikola Tesla est parti en Amérique pour rencontrer l’homme dont la société lui a donné son premier emploi, Thomas Edison.

Tesla a eu du mal à travailler pour Edison (à cause de ses promesses financières non tenues), mais il a rapidement trouvé des bailleurs de fonds pour financer ses projets de recherche et développement et ses nouvelles inventions. Des financiers tels que John Pierpont (J.P.) Morgan, George Westinghouse et John Jacob Astor ont été parmi ceux qui ont vu le potentiel de l’esprit pionnier et entrepreneurial de Tesla pour capitaliser sur ses découvertes technologiques en électricité, communications sans fil et physique.

La seule documentation officielle de l’arrivée de Nikola Tesla aux États-Unis a été, encore une fois, produite au port de New York. [9] Le 7 avril 1882, un Tesla de 25 ans arrive par le Nordland SS qui part d’Anvers. Il était revenu, lors de ce voyage aux États-Unis, après avoir donné une conférence à Paris. La destination de Tesla : New York. Tesla a immigré en tant que «ouvrier», bien que cette étiquette ne convienne guère à l’homme qui allait devenir l’inventeur le plus prolifique de l’histoire, avec quelque 700 brevets technologiques à son actif.

Les récits précédents de l’association de Tesla avec les projets de Thomas Edison le placent aux États-Unis dans les années 1870. Ses nombreuses découvertes technologiques ont certainement attiré l’attention de ceux qui ont soif de domination et de supériorité mondiales. Dans l’ensemble, les inventions et la carrière de Tesla ont été exclues de nos livres d’histoire parce que ses inventions et ses brevets ont été volés et ensuite militarisés. Nous n’avons jamais voulu en savoir plus sur la suppression des découvertes scientifiques avancées de Tesla, ni sur ceux qui ont profité de leur vol, les orchestrateurs du plan directeur.

Bien que l’on ait beaucoup écrit sur les succès et les échecs de Tesla, rares sont ceux qui ont décrit en détail les activités financières en coulisse qui révèlent un complot nazi visant à acquérir sa technologie, alors que les frais de recherche et de développement avaient été largement payés (sans le savoir) par les contribuables des États-Unis. De nombreux brevets de Tesla tombèrent entre les mains des nazis avant et pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale. En conséquence, M. Tesla s’est continuellement retrouvé dans des litiges concernant les droits de brevet et d’autres questions.

Bien qu’il ait réussi à gagner la majorité de ses procès en matière de brevets, sa technologie a été volée à plusieurs reprises et vendue aux nazis allemands et à d’autres gouvernements étrangers, il n’a donc jamais obtenu le succès financier qu’il méritait. Le détournement de fonds de sa capitalisation est resté incontrôlé tout au long de la carrière de Tesla. Au moment de sa mort (par meurtre, selon Skorzeny) le 6 janvier 1943, Tesla est mort pratiquement sans un sous.

L’assistante de Tesla,

George H. Scherff, Sr. :

Les succès de Nikola Tesla dans la découverte de nouvelles technologies ne sont pas passés inaperçus par de nombreux capitalistes industriels et gouvernements mondiaux. En fait, bon nombre de ses inventions ont été mises au point dans le cadre de programmes gouvernementaux secrets qui ont commencé peu après ses découvertes dans les domaines du courant alternatif (CA), de l’énergie électromagnétique, des moteurs électriques, des génératrices, des bobines, de la transmission radio, des dispositifs économes en énergie et des technologies de transmission sans fil.

Comme Tesla était souvent enseveli sous la recherche dans des laboratoires éloignés, bon nombre de ses affaires financières et juridiques étaient supervisées par son plus proche associé, George H. Scherff. Scherff a souvent conseillé Tesla au sujet de litiges, de contrats, de propositions, de démonstrations et d’affaires financières en instance concernant des brevets. Comme n’importe quel associé de confiance le ferait, Scherff s’est tenu aux côtés de Tesla à travers tous les hauts et les bas de ses cauchemars financiers, parfois en organisant un crédit prolongé au Waldorf-Astoria, où Tesla résidait souvent, ou en obtenant une avance de fonds pour la recherche qu’il avait été engagé pour effectuer. Vers la fin de sa carrière, Tesla a été expulsé du Waldorf pour une facture impayée de plus de 20 000 $ – une somme assez importante pour cette époque.

Tandis que Tesla travaillait sur des projets secrets du gouvernement américain à Colorado Springs, au Colorado, Scherff a communiqué à Tesla l’état de ses affaires commerciales. Tesla parlait de succès financiers futurs prometteurs, bien que Scherff ait annoncé à maintes reprises que les fonds diminuaient. Tesla avait commencé la construction d’une tour de transmission sans fil (« Wardenclyffe », Shoreham, Long Island) avec des fonds investis par J.P. Morgan. Lorsque Morgan a découvert que la tour transmettrait gratuitement l’électricité et les ondes radio, il a annulé le projet et a fait démonter la tour, puis l’a vendue à la casse. Morgan ne voulait pas permettre aux Américains de recevoir gratuitement l’électricité, la télévision et la radio. Tesla a été dévasté lorsqu’il a reçu la nouvelle, mais il a continué avec ses nouvelles inventions.

Quelque 12 ans plus tard, le 14 octobre 1918, Scherff écrit à Tesla à Colorado Springs. La correspondance était axée sur la divulgation habituelle des questions juridiques en suspens et des affaires d’avocats et a été envoyée à Tesla sur du papier à en-tête de Tesla Company contenant l’adresse du siège social de la société au 8 W. 40th Street, New York, NY. Le 15 octobre 1918 (le lendemain), Tesla répondit à la lettre de Scherff [10].

Une anomalie intéressante : la réponse de Tesla était adressée à « George Scherff, » Union Sulphur Co, 17 Battery Pl., New York, NY (Union Sulphur Company ?). [11] Cette adresse n’était pas celle de la société Nikola Tesla.

La connexion Rockefeller :

Les dossiers montrent que le 17 Battery Place est le Whitehall Building et appartenait à Frank Rockefeller, qui, avec ses frères William et John D., possédait également de nombreuses entreprises ayant des bureaux à cet endroit. L’International Longshoremen’s Association (ILA) y avait son siège mondial, ainsi que diverses entreprises pétrolières, minières et chimiques. Bien que Union Sulphur Company ait été dirigée par son président, Herman Frasch, un chimiste allemand qui a breveté des méthodes d’extraction du soufre et du pétrole, Frasch a également travaillé pour John D. Rockefeller’s Standard Oil Company (à New York, New Jersey, et Cleveland, Ohio), développant des méthodes similaires.

Sur la base de cette association, George Scherff, père, avait des liens avec la famille Rockefeller, bien qu’il ne soit pas clair si Tesla était en fait conscient de ce lien.

Frank Rockefeller était également un investisseur de Buckeye Steel Castings à Columbus, Ohio. Buckeye a fabriqué des attelages automatiques et des châssis pour les wagons appartenant aux Harriman, aux Rockefeller et à J.P. Morgan. Finalement, Samuel P. Bush a été promu de directeur général à président de l’entreprise après avoir réalisé des profits gigantesques.

L’association de Samuel P. Bush avec les Rockefeller et son poste subséquent de directeur de la Commission des industries de guerre lui ont donné l’occasion de créer des contrats avec Remington Arms pendant la guerre, grâce à Percy Rockefeller.

L’assistant de confiance de Nikola Tesla (parfois appelé «comptable» ou «secrétaire») George Scherff, père, travaillait chez Union Sulphur Company. Normalement, cette association ne devrait pas déclencher de signaux d’alarme, étant donné l’état des affaires de Tesla. Scherff avait le droit de gagner décemment sa vie pour subvenir aux besoins de sa famille. C’était «l’American Way». Mais un examen attentif de Union Sulphur Co. pourrait révéler que quelqu’un à trompé  Tesla, et Scherff était à l’origine de cette tromperie.

Qui était George Scherff ?

Qui était George Scherff ? Mieux encore, qui était George H. Scherff, Sr. ? Il n’existe aucune trace légitime d’un George H. Scherff né aux États-Unis entre la fin des années 1800 et 1925, mais George Scherff était l’assistant/comptable de Nikola Tesla. S’il est né en Allemagne, son lieu de naissance pourrait-il nous éclairer sur ce mystère ? Probablement – s’ils existent (il est devenu évident que les individus associés au Parti nazi ont généralement une partie ou la totalité de leurs documents généalogiques effacés – nous examinerons cela plus en détail dans la section de cet article traitant de l’arbre généalogique «Bush»).

Des amis et connaissances de Nikola Tesla se souviennent qu’il se plaignait du fils de Scherff, George, Jr. qui fouinait toujours dans le laboratoire de Tesla. À plus d’une occasion (probablement à la fin des années 1930), Tesla a surpris Scherff, 14 ans, en train de regarder ses notes, de feuilleter ses livres et de voler de petits objets dans son laboratoire. Tesla lui a donné le surnom de « George le curieux » et l’a comparé à un « singe espiègle ». Selon Skorzeny, (l’ancien garde du corps d’Adolph Hitler), dans une confession sur son lit de mort à Eric « Orion » (Eric Berman) à S. Miami, Floride, Tesla, « détestait le jeune Scherff ». En fait, selon Skorzeny, le livre et le film « Curious George » ont été inspirés par les conseils de Tesla.

Curieusement, la veille de la sortie en salles de la production hollywoodienne du long métrage Curious George, Alan Shalleck, l’auteur de Curious George (et l’homme au chapeau jaune), a été retrouvé assassiné sous une pile de sacs poubelles en plastique dans son allée en Floride à 76 ans. [13]

En bref, Otto Skorzeny prétendait que la véritable identité de George H.W. Bush était «George H. Scherff, fils du comptable d’origine allemande et immigré clandestin de Nikola Tesla, George H. Scherff, père».

Otto Skorzeny avec Adolph Hitler.

Ce n’est pas la seule bombe qu’Otto Skorzeny a livrée ce jour-là à la fin de 1999. Skorzeny, produisant une boîte à chaussures pleine de 60 ans de photographies personnelles, les a montrées à Berman, les décrivant chacune en détail. La collection comprenait une photo d’un jeune et majestueux Skorzeny en costume militaire nazi, à côté de son Führer, Adolph Hitler. Puis il y avait des photos de Reinhard Gehlen (S.S. espion et assassin) Dr. Joseph Mengele (l’«Ange de la mort») Martin Bormann (aide Hitler et assassin S.S.) et Adolph Hitler (photo prise en 1997 à 107 ans).

La photo d’Hitler a été prise lors d’une «réunion» au Lake McDonald Lodge dans le parc national des Glaciers, au Montana, le 27 août 1997. Selon Skorzeny, Adolph Hitler était vivant et en bonne santé aux États-Unis en 1997 !

Skorzeny ne s’est pas arrêté là. Il a produit une photo d’un jeune Skorzeny, Mengele, Bormann, et de la famille de George H. Scherff, Sr… Au milieu des personnes sur la photo se trouvait un jeune George H. Scherff, Jr. qui, comme l’explique Skorzeny, a été formé comme espion et envoyé en Amérique pour travailler pour Adolph Hitler. «Il a reçu de fausses pièces d’identité et a été adopté par Prescott Sheldon Bush comme son «fils», George Herbert Walker Bush,» a poursuivi Skorzeny. «Il a falsifié un acte de naissance pour entrer dans l’armée avant ses 18 ans. Il avait 16 ans à l’époque».

Sur la photo de famille, un jeune Scherff et Bormann portaient tous deux un uniforme de la Marine allemande. Scherff s’enrôla plus tard dans l’U.S. Navy en tant que «George H.W. Bush».

Plus en détail encore, Otto Skorzeny a décrit comment (contrairement aux livres d’histoire écrits par la CIA) il a aidé Hitler à s’échapper en Autriche dans un avion piloté par une femme pilote, Hanna Reitsch. «Hitler ne s’est pas suicidé», raconte Skorzeny. «Son double a été touché entre les deux yeux, et le dossier dentaire a prouvé qu’il n’était pas Hitler. Les Américains l’ont gardé secret, craignant que la vérité ne mette les Russes en colère.»

Eric «Orion» (Berman), dans une interview radiophonique en direct sur Republic Broadcasting Network, 17 janvier 2006, [14] a expliqué comment «Skorzeny est mort le 31 décembre 1999. Son corps a été incinéré, j’ai une copie de son certificat de décès et j’ai vu ses cendres. Après la guerre, il a aidé George Bush à fonder la CIA grâce à l’opération Paperclip et ODESSA».

Berman a raconté comment Skorzeny a été déclaré « non coupable » lors des procès de Nuremberg, et a ensuite introduit la CIA. «Plus de 50 000 criminels de guerre nazis, pas seulement des scientifiques, ont été amenés en Amérique après la guerre».

Bushes, Walkers, banquiers, les Nazis et le Vatican :

Les banquiers de Wall Street avaient déjà établi des liens avec leurs homologues en Europe, les Rothschild, les Warburg et la Banque d’Angleterre. Ces relations ont été renforcées par une série d’événements qui ont permis à G.H. Walker & Co. (société d’investissement de Walker) le prestige international que GHW recherchait.

Après avoir dirigé l’organisation de l’Exposition universelle de 1904 à Saint-Louis, George H. Walker devint président de la société d’investissement W.A. Harriman & Co. et aida Averell Harriman à acquérir la ligne Hambourg-Amerika. Cette compagnie maritime, avec l’aide de la banque new-yorkaise la plus corrompue, était presque à elle seule responsable de l’infiltration des nazis aux États-Unis, avant et après la guerre. Aujourd’hui, il est évident qu’une coopération totale a été obtenue en prenant le contrôle total de l’Autorité portuaire de New York, du Service de l’immigration et de la naturalisation, et de postes et de personnes clés jusqu’au sommet du gouvernement des États-Unis.

Avec le niveau de «protection» offert par la ligne Hambourg-Amérique, l’argent pouvait être expédié à l’UBC et aux frères Brown Harriman, pour être blanchi et ensuite retourné à Hitler en Allemagne. Mais les nazis n’étaient pas les seuls bénéficiaires du butin. Les nazis étaient les pions d’une autorité beaucoup plus sinistre – le Vatican, la Compagnie de Jésus (Ordre des Jésuites) et le «Pape noir»

Le SS Joseph Goebells reçoit ses instructions directement du Vatican.

Les nazis et les jésuites ont combattu côte à côte pendant la dernière guerre mondiale et après, pour la domination mondiale.

Les armes de guerre pourraient facilement être ramenées en Allemagne et dans d’autres ports d’Europe. Comme mentionné précédemment, Samuel P. Bush, en tant que directeur du War Industries Board (WIB), a pu obtenir des contrats pour les Rockefeller, J.P. Morgan, Kuhn, Loeb & Company, Brown Brothers Harriman, Union Banking Corporation, George Westinghouse et d’autres riches industriels qui ont bénéficié du commerce des armes aux deux camps pendant chaque guerre que le WIB a orchestrée. Ce n’est pas un hasard si Prescott Sheldon Bush (GHSI/PSB), le «fils» de SPB, a été nommé vice-président et associé de l’UBC par son directeur (et maintenant beau-père), GHW.

Qu’est-ce qui a permis à Walker d’exercer un tel pouvoir et une telle influence ? Certes, sa volonté de contribuer financièrement à la perpétuelle fomentation de la guerre à travers le monde (dont lui, sa famille et d’autres en ont profité et en profitent encore aujourd’hui) et son allégeance à ceux qui ont facilité son essor fulgurant dans le secteur bancaire. Sa biographie personnelle donne un indice sur les personnes qui ont pu collaborer avec GHW.

GHW, un épiscopalien autoproclamé «a passé une partie de son éducation en Angleterre au Stonyhurst College», selon sa biographie wikipedia. La biographie ne précise pas si GHW a fréquenté l’école avant d’arriver aux États-Unis, bien qu’il soit tout à fait possible que lui, et même son père, aient reçu des fonds de démarrage (ou un soutien financier total) pour les aider à lancer leur entreprise après leur arrivée aux États-Unis.

Toujours selon wikipedia, en 1900, GHW «…a lancé une banque et une société d’investissement nommée G.H. Walker & Company.»

Compte tenu de l’incertitude de GHW concernant le lieu de naissance de son père, la probabilité de fournir cette information à un organisme gouvernemental tel que le Census Bureau n’était pas prévue, alors GHW l’a « improvisée » quatre fois, se trompant à chaque fois.

D’après les récits susmentionnés, nous savons que Paul Warburg, James Loeb et au moins un des frères Harriman ont voyagé ensemble d’Europe à New York, au moins sept ans avant la création de la Réserve fédérale. Il était peu probable que George Herbert Walker devienne un joueur dans ce cercle financier d’élite, à moins que cette association n’ait été orchestrée au préalable, probablement par les Jésuites d’Angleterre.

GHW avait également établi un «complexe» sur la côte est à Kennebunkport, Maine, avant 1900. L’importance de ce composé réside dans un document secret lié à l’invention du télégraphe sans fil de Nikola Tesla.

En 1899, le Contre-amiral Francis J. Higginson et le département du Trésor des États-Unis avaient demandé à Tesla d’équiper le Light Vessel No. 66 (LV) d’un système télégraphique sans fil, sa propre invention. Les publications ultérieures de cet événement ont décrit un «système sans fil Marconi» installé en 1904, mais cette histoire a été conçue pour cacher les faits derrière la technologie de Tesla, détournant ainsi l’attention du vol de cette invention et d’autres liées à la transmission et à la réception radio [15].

Des siècles de recherche n’ont cessé de renforcer les affirmations selon lesquelles l’Ordre des Jésuites a fait avancer un complot maléfique pour la domination du monde depuis sa fondation en 1540. ( Note ExoPortail : En vérité l’ordre des Jésuites a été créé par deux familles de noblesse noire en 1504 )

Voici un aperçu de cette recherche en ce qui a trait à la «création» du 41e président :

Le Stoneyhurst College est connu comme une institution «catholique» avec une influence principalement jésuite ; le collège se vante de son association avec la Compagnie de Jésus. La Compagnie de Jésus, ou les «Jésuites», proclame son «service» au Vatican et à l’humanité en «aidant les opprimés par l’éducation». [16]

Une enquête plus approfondie révèle que le Pape est secrètement contrôlé par le Supérieur général de la Compagnie de Jésus, Pierre Hans Kolvenbach, le Pape noir. La Curie générale (bureaux administratifs où se déroulent les affaires jésuites) est située à Rome, plus précisément au Vatican.

Suivant les préceptes des «25 Sessions» d’Ignace de Loyola et le leadership du Supérieur général, le but ultime de cette organisation secrète est de «détruire et reconstruire le Temple de Salomon, en rétablissant le siège du Pape en Israël».

Historiquement, la mission des Jésuites a toujours été d’éliminer le christianisme protestant dans le monde entier, les États-Unis étant la dernière frontière à avoir été conquise. Contrairement à la mission autoproclamée d’éduquer et d’aider les défavorisés de la société, les Jésuites vénèrent Lucifer (et non Satan) et pratiquent les formes les plus sadiques de sacrifice humain, d’homosexualité, de pédophilie, de magie noire, et de meurtre.

La Société emploie une variété de tactiques impitoyables pour atteindre son objectif à long terme (d’un nouvel ordre mondial qui rend hommage à leur Pape noir). L’une d’elles consiste à assassiner politiquement des dirigeants du monde qui refusent de se plier à ses exigences. Parmi ces assassinats aux États-Unis figurent des présidents (Abraham Lincoln, JFK), des membres du cabinet, des membres du Congrès, des sénateurs, des diplomates, des journalistes, des scientifiques et des dirigeants religieux et d’entreprises.

Pour obscurcir et maintenir un esprit de conformité, la Compagnie de Jésus emploie (et finance) en partie les services de la NSA, DHS, FEMA, OSS, ONI, FBI, CIA, DIA, DIA, DEA, le Pentagone, le Département de la Défense, la NASA, la Réserve fédérale, l’Internal Revenue Service, le Congrès et autres agences fédérales si nécessaire.

Les agences militaires et de renseignement étrangères sous leur contrôle comprennent les SS allemands, Deutsche Verteidigungs Dienst (Abwehr/DVD clandestin), les MI6 et MI5 britanniques, le Mossad israélien, l’OTAN, Interpol, le KGB, le DINA chilien et même dans une certaine mesure les Nations Unies, pour n’en citer que quelques-uns.

Les assassinats sont perpétrés par les services de renseignement susmentionnés et leurs partenaires mafieux dans le commerce de la drogue et les jeux de hasard, souvent avec l’aide accessoire des Chevaliers de Malte, des francs-maçons, des Chevaliers de Colomb et de Propaganda Due (la loge P2). Tel fut le cas lors de l’assassinat du président John F. Kennedy et de certains anciens papes.

Les dirigeants politiques, qu’ils soient dûment élus ou corrompus, sont remplacés par des dictatures favorables à la Société. Les gouvernements qui ont des concordats sont autorisés à subsister sans menace de guerre, bien que cette politique change souvent lorsque les mouvements révolutionnaires commencent à recevoir une reconnaissance internationale. Souvent, le simple refus de permettre à la Société de récolter les profits du commerce illégal de la drogue suffit à déclencher une guerre civile ou une incursion paramilitaire clandestine.

La Société considère que déclarer sa souveraineté individuelle, sa liberté d’expression, sa liberté de religion et ses droits civils est un sacrilège pour sa doctrine et cherche à écraser le christianisme protestant, la base pour la création des États-Unis. Le démantèlement du gouvernement américain était la clé de son succès ultime dans la création d’un nouvel ordre mondial.

GHW a évidemment été recruté pour aider les Jésuites dans leurs plans à long terme et, par conséquent, lui (et ceux avec qui il faisait affaire) a énormément profité de sa coopération dans les plans des Jésuites.

Le contrôle à distance de l’appareil jésuite est maintenu par la création de banques, d’églises, de fondations et d’instituts d’«enseignement supérieur» dans des pays étrangers. Fordham University, une institution jésuite, contrôle le plus haut responsable du Vatican aux États-Unis, le cardinal John O’Connor, archevêque de New York (à la cathédrale St Patrick).

Les banques : De nombreux chercheurs ont déterminé qui contrôle les gouvernements du monde et comment ce contrôle a été établi et se maintient encore aujourd’hui. Contrairement aux biographies «feel good» publiées sur des sites web sponsorisés par le gouvernement, dans des ouvrages littéraires spécialement commandés et dans des livres scolaires chargés de propagande, les banques centrales de la ville de New York ont joué un rôle crucial dans la trahison du gouvernement des États-Unis et de ses citoyens.

Le parrainage et le contrôle de ces institutions sont destinés à rester entourés de secret. Pourtant, les écrits de G. Edward Griffin (The Creature from Jekyll Island), Webster Tarpley et Anton Chaitkin (George Bush : The Unauthorized Biography) et Kevin Philips (American Dynasty), pour n’en nommer que quelques-uns, ont non seulement exposé les conspirations visant à renverser le gouvernement américain et établir un « nouvel ordre mondial », mais ils ont jeté les bases pour une nouvelle recherche.

Ceux qui s’empressent d’invoquer la «théorie de la conspiration» ou prétendent injustement que de telles révélations sont des «attaques contre ses croyances religieuses» n’aident que les charlatans susmentionnés à atteindre leur but ultime – la domination physique, spirituelle et énergétique du monde

Auteur : ExoPortail |

Références :

1)The Creature from Jeckyll Island,” G. H. Griffin
2) “Leslie’s Weekly, B.C Forbes
3) http://ellisisland.org/, P. Warburg, passenger record / manifest
4) http://ellisisland.org/, Paul M. Warburg, passenger record / manifest
5) http://ellisisland.org/, Paul Warburg, passenger record / manifest
6) http://ellisisland.org/, James Loeb, passenger record / manifest
7) Harvard University Press, Loeb Classic Library, “Our Founder”
8) http://wilipedia.org/, Charles Eliot Norton
9) http://ellisisland.org/, Nikola Tesla, passenger record / manifest
10) Photocopy of The Tesla Company document sent by Scherff to Tesla in Colorado
11) Photocopy of reply to George Scherff , Union Sulphur Co., New York, NY
12) http://www.nyc-architecture.com/LM/LM011-WHITEHALLBUILDING.htm
13) http://en.wikipedia.org/wiki/Alan_Shalleck, numerous Internet news reports
14) http://republicbroadcasting.org/, The Investigative Journal show archives, 01-17-2006  15) U.S. Treasury Dept., Office of the Lighthouse Board, May 11, 1899, F. J. Higginson
16) http://en.wikipedia.org/wiki/Society_of_Jesus

Source :

– http://humansarefree.com/2015/02/the-house-of-bush-born-in-bank.html

– https://geopolitics.co/2018/12/02/in-memoriam-george-h-scherff-jr-aka-george-hw-bush-sr/

 http://humansarefree.com/2015/04/george-bush-pedophile-sex-ring-and.html

– https://www.zerohedge.com/news/2018-12-03/ignored-legacy-george-hw-bush-war-crimes-racism-obstruction-justice

Traduction et Ajouts : ExoPortail
– Source : ExoPortail

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s