♦ Sarah Halimi-Mohamed el Makouli : il y a des morts qui sont plus égaux que d’autres.


Le 14 janvier 2015, près d’Avignon, Mohamed el Makouli est victime d’un crime raciste. Tué de 17 coups de couteau. Un an plus tard la justice se déclare incapable de juger l’assassin « irresponsable au moment des faits » , (sous l’emprise de la drogue). Chaque français, et c’est tant mieux, a été informé du crime raciste dont est morte Sarah Halimi, martyrisée, elle aussi, par un drogué. Ce drame a été à l’origine de multiples protestations et prise de parole, de projets olitiques. Parfait. Ce qui me tracasse, c’ est de comprendre pourquoi ceux qui, à juste titre, défendent la mémoire de Sarah Halimi ont oublié de célébrer celle de Mohamed el Makouli ? Les hommes sont étranges.

Le mieux étant l’ami du mieux, je vais reprendre l’entretien accordé au site Internet « al Kanz ». Celle qui parle-là, Nadia el Makouli, a vu son mari être poignardé de dix-sept coups, donnés par deux couteaux. Le crime a eu lieu au Beaucet, village de l’est du Vaucluse qui connait les vraies valeurs puisqu’aux élections régionales de 2015, ses électeurs ont voté à 49,71 % en faveur de Marion Maréchal. Bien sûr qu’en cette période où la chasse à l’islamo-gauchiste ne nécessite pas de permis, je vois les traqueurs de fake news avancer derrière leur masque de sachants. Comme l’incroyable Haoues Seniguer, prêt à tout pour trouver un lambeau de gloire médiatique et qui qualifie « al Kanz » de site faisant partie d’une sphère Internet « islamistes néo-salafiste ». Mais lui, collaborer au sein de « Conspiracy Watch » avec un ancien préposé aux écritures de la ville de Paris, Rudy Reichstadt, pour louer de consert la si douce et juste politique d’Israël, ne le gêne nullement. Donc si jamais des avis du triste sieur Haoues vous viennent jusqu’aux oreilles, jetez-les.

L’important est d’écouter, trois semaines après ce crime commis le 14 janvier 2015, d’écouter donc Nadia el Makouli. Elle rapporte ce dont elle a été témoin :

« Après être rentré de chez le médecin chez qui il emmena notre fils malade, Mohamed, comme il avait l’habitude de le faire, passa à peu près une heure au téléphone avec sa sœur qui vit en Vendée. Puis il s’est rendu à la mosquée pour la dernière prière, la prière de l’ichaa. En rentrant, c’est une soirée banale qui s’annonçait, jusqu’à ce que le voisin commence à hurler. Intrigué, Mohamed s’est levé pour ouvrir la porte d’entrée. Lorsqu’il a reconnu le voisin, il ne s’est pas inquiété outre mesure et a refermé la porte à clé. »

« Quelques minutes plus tard, le voisin défonce la porte de notre appartement, qui donne sur le séjour et l’espace cuisine. Mohamed était debout face à l’évier. Thomas Gambet s’est précipité sur lui en criant : « Je suis ton Dieu, je suis l’islam » en lui donnant un premier coup de couteau dans le cou, qui l’affaiblit immédiatement. Malgré tout, Mohamed a continué à se défendre comme il le put. »

« Tout est allé très vite. Thomas Gambet lui a immédiatement asséné trois autres coups de couteau. C’est à ce moment-là que je suis intervenue pour tenter d’éloigner l’assassin de mon mari. J’ai pu le pousser contre le canapé et lui retirer le couteau, non sans éviter de me blesser. Mais notre voisin est reparti chez lui en prendre un autre, puis est revenu avec la même détermination. Mohamed, très affaibli, me demanda alors de prendre notre fils et de fuir. Personne ne pouvait nous aider, notre appartement comme je vous l’ai dit est isolé, sans voisins à proximité. »

« J’ai quitté mon mari complètement affolée, pieds nus, dans un pyjama maculé de sang. Je me suis rendue au poste de police le plus proche, celui de la police municipale de Carpentras. Sur place, plutôt que de réagir immédiatement, les agents m’ont demandé ma pièce d’identité. Je ne comprenais plus rien. J’ai crié ma détresse et je leur ai dit de garder mon fils afin que j’aille moi-même porter secours à mon mari. C’est là qu’ils ont pris conscience de la gravité de la situation et ont alerté les gendarmes.

Malheureusement, une fois sur place, ces derniers ont retrouvé Mohamed mort. Son assassin se trouvait toujours sur les lieux du crime. Il hurlait : « Je suis ton dieu, je suis l’islam », comme le rapportera plus tard un gendarme dans le cadre de l’enquête. »

« Quant à l’assassin, il n’a jamais été diagnostiqué fragile psychologiquement. On ne lui connaît aucun antécédent ; encore moins schizophrène, comme on tente de le faire croire pour expliquer cet acte barbare. Pour nous, il est clair que c’est la haine de l’islam qui a motivé l’assassinat de Mohamed. » (Entretien réalisé par Nadia E.)

Plus tard, pas vraiment contrit, Eric Gambet le père de l’assassin a assigné la veuve, Nadia el Makouli, devant le tribunal d’instance de Carpentras pour des « loyers impayés ». Face à l’indignation il a fini par retirer sa plainte. Alors que lui-même, en tant qu’employeur du défunt, n’a jamais déclaré Mohamed el Makouli aux services administratifs et fiscaux.

Quant à son fils Thomas, diagnostiqué schizophrène, il a été déclaré pénalement irresponsable et ne sera donc jamais jugé. Placé en garde à vue à l’hôpital psychiatrique de Montfavet, une schizophrénie a été diagnostiquée. La première expertise, effectuée par un collège de deux psychiatres, a conclu à une « abolition du discernement au moment des faits », diagnostic confirmé par une deuxième expertise.

En dehors d’une cohorte d’une quarantaine d’amis, et de quelques indignés, qui ont défilé dans les rues d’Avignon, pour protester contre ce non-lieu, rien, pas d’émotion, de protestation massive. Ce qui reste de la presse -dite abusivement « nationale » -, n’a pas débattue sur le thème d’un crime raciste, puisque commis par un « fou » ? La douleur est restée partagée pas quelques intimes. Protester eut été un acte typiquement « islamo-gauchiste ».

Je n’ai aucune volonté d’établir une répugnante compétition entre les victimes… Mais je souhaite quand même comprendre pourquoi, sur un même cas de figure, Sarah Halimi-Mohamed el Makouli, une fois l’indignation explose. Alors que confronté à une autre, c’est l’indifférence ou le mépris ? Existe-t-il des morts martyrisés qui sont plus égaux que d’autres ?

En 2016, quand Thomas Gambet a été déclaré inaccessible au jugement, par exemple, nous n’avons pas vu Jack Broda, juge du Pôle Social du Tribunal de Grande Instance de Nancy, démissionner pour le non-lieu de Kobili Troaré, l’assassin de Sarah Halimi.

Pas vu non plus Sarah Brugère, patronne des magistrats FO, en appeler à une modification de la loi.

Nous attendons aussi, la justice française étant trop injuste, que, telle la sœur de Sarah Halimi en Israël, celle de Mohamed Makouli s’en aller porter plainte au Maroc, pays d’origine d’un torturé. Avec un équivalent Goldnadel comme avocat. Si cela existe.

Maître Patrick Klugman, qui veut juger les drogués, lui non plus n’a pas bougé un pli de sa robe pour Makouli.

Charlie Hebdo, que Val a fait entrer dans la sacristie de Netanyahou, verse des lignes de sang sur Sarah Halimi. C’est tant mieux : mais rien pour Mohamed.

Meyer Habib, humanisme hors norme, chevalier de la juste mesure envisage, lui, que le Mossad s’en vienne enlever ou tuer Traoré. Un député français qui prône l’enlèvement ou l’assassinat en France ? C’est bien aussi.

Madame Hidalgo a-t-elle envisagé de donner le nom d’une petite impasse à Mohamed Makouli ? Sûrement.

Afin d’être utile, je vais terminer cette digression en rapportant mon expérience, celle vécue à Ramallah en octobre 2000. Victime d’une « tentative d’assassinat », de la part d’un « sniper » israélien armé d’un M16, j’ai alors déposé une plainte très documentée. Et vingt ans plus tard, j’attends que la « justice », celle de la « seule démocratie du Moyen Orient », veuille bien trouver une minute pour instruire mon énigme.

Jacques-Marie BOURGET

URL de cet article 37092
https://www.legrandsoir.info/sarah-halimi-mohamed-el-makouli-il-y-a-des-morts-qui-sont-plus-egaux-que-d-autres.html

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s