♦ GEORGE W. BUSH DIT PAR INADVERTANCE LA VÉRITÉ SUR LA GUERRE D’IRAK.


Dans un discours prononcé à son centre présidentiel de Dallas mercredi soir, l’ancien président George W. Bush a commis ce que l’on appelle parfois une «gaffe», c’est-à-dire qu’il a dit une vérité politique par erreur. Condamnant les actions du président russe Vladimir Poutine en Ukraine, il a attribué l’invasion russe à «la décision d’un seul homme de lancer une invasion totalement injustifiée et brutale de l’Irak».

Réalisant son erreur, il a poursuivi, «de l’Ukraine», puis a marmonné, «l’Irak aussi, de toute façon». Il a secoué la tête alors que les membres de son auditoire aisé et amical riaient, puis il a plaisanté sur son âge, 75 ans, avant de reprendre ses remarques critiques de Poutine et de saluer le soutien militaire américain au président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Une brève vidéo Twitter de ce moment clé de son discours est devenue virale, plus de 23 millions de personnes l’ayant regardée rien que jeudi. Et les médias sociaux étaient remplis de commentaires sarcastiques et parfois de déclarations que Bush est un criminel de guerre et coupable des mêmes crimes qu’il attribue à Poutine.

Mais c’est pire que cela, bien pire. Aussi graves que soient les conséquences de l’invasion réactionnaire de Poutine pour le peuple ukrainien, elles ne sont rien en comparaison de la destruction systématique de toute une société en Irak, exécutée à deux reprises, d’abord par le père de Bush, puis par Bush lui-même.

La campagne de bombardement américaine contre l’Irak en janvier-février 1991, ordonnée par le président George H. W. Bush, a donné lieu à 110.000 sorties d’avions de guerre américains, britanniques et d’autres alliés, qui ont largué près de 90.000 tonnes de bombes sur un pays essentiellement sans défense. Cela représente quatre fois le tonnage total des bombes larguées par les puissances alliées pendant toute la Seconde Guerre mondiale, dans tous les théâtres de guerre, et cette fois contre un pays à peine plus grand que l’Allemagne.

L’effet combiné des bombardements et de l’assaut terrestre de quatre jours – qui s’apparentait davantage à une opération de nettoyage qu’à un véritable combat – a été de réduire une force militaire irakienne de 620.000 hommes à seulement 20.000 soldats organisés. Au moins 200.000 ont été tués sur le coup, la plupart sur la fameuse «autoroute de la mort» entre le Koweït et la ville de Bassora, dans le sud de l’Irak.

Les quatre jours de guerre terrestre ont été, selon les termes du journal Bulletin, ancêtre américain du World Socialist Web Site, «les quatre jours les plus sanglants que l’humanité ait vus depuis les 6-9 août 1945, lorsque l’impérialisme américain a incinéré des centaines de milliers de Japonais lors du bombardement atomique d’Hiroshima et de Nagasaki».

Un recueil de 2013, «Génocide en Irak, les arguments contre le Conseil de sécurité de l’ONU et les États membres» (Genocide in Iraq, The Case Against the UN Security Council and Member States), par Abdul Haq Al-Ani et Tarik Al-Ani (Clarity Press, the UK) détaille l’impact des bombardements américains lors de l’opération Desert Storm(Tempête du désert):

* 85 pour cent de la production d’électricité a été détruite, ce qui fait que seules deux des 20 centrales électriques irakiennes fonctionnent, produisant moins de 4 pour cent de la production d’avant-guerre, qui était de 9.000 mégawatts.

* Près de la moitié des 900.000 lignes téléphoniques de l’Irak ont été détruites, 14 centrales téléphoniques ayant été irrémédiablement endommagées et 13 autres mises hors service pour une durée indéterminée.

* Les huit principaux barrages polyvalents de l’Irak ont été frappés à plusieurs reprises et fortement endommagés.

* Quatre des sept principales stations de pompage d’eau ont été détruites, 31 installations municipales de distribution d’eau et d’assainissement ont été touchées par des bombes et des missiles, dont 20 dans la seule ville de Bagdad.

* Les bombardements ont visé 139 ponts, dont 26 dans la seule ville de Bassora.

* L’usine irakienne de lait en poudre pour bébés d’Abu Ghraib, la seule usine de ce type dans toute la région, a été attaquée à trois reprises, les 20, 21 et 22 janvier 1991.

* Des silos à grains et des fermes ont été attaqués dans tout le pays, décimant plus de 30 pour cent des troupeaux d’ovins et de bovins et détruisant la production de volaille du pays.

* Les États-Unis ont bombardé 28 hôpitaux civils et 52 centres de santé communautaires.

* Une importante installation de seringues hypodermiques à Hilla a été détruite par des roquettes guidées au laser.

* On a attaqué un total de 676 écoles, détruisant complètement 38 d’entre elles, dont huit étaient des installations universitaires.

* Rien qu’à Bagdad, 25 mosquées ont été bombardées, et 31 autres mosquées ont été bombardées ailleurs dans le pays.

Ce n’était pas une guerre contre Saddam Hussein et ses forces armées pour l’occupation du Koweït. C’était une guerre contre le peuple irakien dans son ensemble, contre le pays tout entier et sa capacité à survivre en tant que société fonctionnelle.

Cette guerre a été suivie de 12 années de sanctions économiques si dures qu’on estime que 500.000 enfants irakiens sont morts prématurément de malnutrition, de maladies causées par la destruction des systèmes d’eau et d’assainissement, et de l’impact des bombardements et du blocus sur les soins de santé, en particulier le manque d’accès aux médicaments.

Puis vint l’invasion de l’Irak en 2003 par George W. Bush, au cours de laquelle davantage de soldats irakiens furent anéantis, davantage de cibles civiles furent bombardées, en particulier dans des villes comme Bagdad, et les infrastructures qu’on avait reconstruites depuis 1991 furent détruites une seconde fois.

Le World Socialist Web Siteet le Parti de l’égalité socialiste (PES) se sont opposés à la guerre en Irak dès le début. Ils ont condamné le soutien à la guerre, non seulement par le gouvernement Bush et la droite républicaine, mais aussi par le gros du parti démocrate. C’est le principal démocrate de la commission des affaires étrangères du Sénat, le sénateur Joe Biden, qui a joué un rôle central dans l’adoption de l’autorisation du recours à la force militaire, permettant au Congrès d’approuver cette invasion illégale.

Dans une série d’articles publiés en mai 2007, le WSWS a résumé la dévastation infligée par la conquête et l’occupation de l’Irak par les États-Unis, en la qualifiant de «sociocide», c’est-à-dire la destruction délibérée d’une société entière, tout en soulignant que l’impérialisme américain, sous la direction de Bush et de son père, avait commis des crimes du type de ceux qui n’étaient auparavant associés qu’aux régimes fascistes. Nous avons écrit:

L’Irak, autrefois parmi les pays les plus avancés de la région, a été réduit, en termes d’indices économiques et sociaux de base, au niveau des pays les plus pauvres de l’Afrique subsaharienne.

Il s’agit de la destruction systématique d’une société entière par le déchaînement de la violence et de la criminalité à une échelle jamais vue depuis que les armées d’Hitler ont ravagé l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale.

Moins d’un tiers de la population nationale a accès à l’eau potable, et seulement 19 pour cent disposent d’un système d’égouts fonctionnel. Les bombardements américains avaient largement endommagé les systèmes d’adduction d’eau et d’égouts lors de la guerre du Golfe persique de 1991 et de l’invasion de 2003…

En moyenne, les Irakiens ne reçoivent que huit heures d’électricité par jour, les conditions étant encore pires à Bagdad où la plupart des sept millions d’habitants de la capitale ne bénéficient que de six heures ou moins d’électricité quotidienne.

Nous avons noté l’augmentation de 150 pour cent du taux de mortalité infantile entre 1990 et 2005. La moitié des enfants irakiens souffraient de malnutrition et seulement un tiers d’entre eux étaient scolarisés. La moitié des médecins irakiens avaient fui le pays. Le PIB par habitant était inférieur de moitié à celui de 1980. Les industries publiques irakiennes avaient été privatisées et fermées. Cela a entraîné la perte d’un demi-million d’emplois. C’était dû à une campagne à motivation idéologique de l’autorité d’occupation irakienne mise en place par les États-Unis à Bagdad. Le WSWS a conclu:

La destruction préméditée d’une société entière, menée sur la base de mensonges et à la poursuite des intérêts financiers et géostratégiques de l’élite dirigeante américaine, constitue un crime de guerre aux proportions historiques. Ce crime est punissable en vertu des mêmes statuts et sur la base des mêmes principes que ceux utilisés pour condamner les figures de proue du Troisième Reich allemand à Nuremberg.

Les responsables du lancement de la guerre en Irak ne sont pas seulement la cabale républicaine de droite regroupée autour de Bush, Cheney, Rumsfeld et Wolfowitz. Ils comprennent également les démocrates qui ont permis cette guerre, les dirigeants des conglomérats énergétiques et des sociétés financières américaines qui espéraient en tirer profit et les chefs des monopoles médiatiques qui en ont fait la promotion. Toutes ces couches, qui constituent l’establishment politique et l’aristocratie financière des États-Unis, sont coupables du même crime fondamental pour lequel les nazis ont été poursuivis il y a près de 60 ans: la planification et la conduite d’une guerre d’agression. C’est de ce crime principal que découlent tous les multiples crimes et horreurs infligés au peuple irakien.

Ce n’est pas justifier l’attaque réactionnaire de Poutine contre l’Ukraine que de souligner que la guerre qu’il a lancée n’a rien produit de comparable au niveau de destruction infligée par les États-Unis en Irak. C’est peut-être un facteur important dans les gains militaires limités de la guerre, du moins jusqu’à présent. De plus, l’Ukraine se trouve fortement armée par toutes les puissances de l’OTAN, alors que l’Irak de Saddam Hussein, certainement en 2003, était complètement isolé et sans alliés.

En 1991, le père de Bush a décidé de limiter la guerre à l’éjection des forces irakiennes du Koweït. Il a rejeté les suggestions de certains assistants d’envoyer les forces américaines vers le nord jusqu’à Bagdad et d’évincer Saddam Hussein. Il considérait que c’était trop risqué, car l’Irak était alors allié à l’Union soviétique. Bush père ne voulait rien faire qui puisse interrompre la désintégration en cours de l’URSS, qui était une priorité bien plus importante pour Washington. En 2003, les opérations agressives de l’impérialisme américain n’étaient plus soumises à une telle restriction.

Alors que les médias bourgeois américains et européens hurlent pour que des accusations de crimes de guerre soient portées contre Poutine et dénoncent la guerre en Ukraine comme un «génocide», les architectes de crimes incommensurablement plus graves en Irak bénéficient de retraites confortables, d’emplois lucratifs comme consultants et de postes de haut niveau dans l’État et les médias. Bush, Cheney et Tony Blair ne sont que les premiers noms d’une longue et effroyable liste.

L’ampleur des tueries et des destructions perpétrées par les États-Unis en Irak éclipse les actions de la Russie en Ukraine.

Partout dans le monde, les travailleurs entrent dans la lutte sociale. Ils doivent adopter comme revendications centrales non seulement la lutte contre la guerre, mais aussi l’exigence que ceux qui, comme Bush, sont coupables de la destruction de sociétés entières soient tenus de rendre des comptes.

L’ampleur des tueries et des destructions perpétrées par les États-Unis en Irak éclipse de mille fois ce que la Russie a fait en Ukraine.

Trois décennies de guerre sans fin au Moyen-Orient et en Asie centrale, au cours desquelles la guerre d’Irak se distingue par son illégalité flagrante et sa brutalité meurtrière, se sont transformées en un conflit direct des États-Unis et des puissances de l’OTAN contre la Russie. Après avoir tué un million de personnes en Irak, les stratèges de l’impérialisme américain envisagent et discutent d’une guerre mondiale qui entraînerait la mort de dizaines de millions de personnes.

La classe ouvrière, en entrant en lutte dans le monde entier, doit relier la lutte contre les inégalités et l’exploitation à la lutte contre la guerre. Elle demandera des comptes à tous ceux qui sont responsables des crimes de l’impérialisme, passés et présents.

Source: WSWS

Photo: US Army (CC)

https://www.investigaction.net/fr/george-w-bush-dit-par-inadvertance-la-verite-sur-la-guerre-dirak/?89Ljvs9VU

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s