Uncategorized

» Les dessous de la disparition de la guerre secrète de la CIA en Syrie à un milliard de dollars


Des avions de guerre et du personnel militaire russes sur une base aérienne aux abords de Lattaquié en Syrie, l’année dernière. Les bombardements russes ont contribué à la déliquescence d’une armée rebelle soutenue par la CIA. Crédits : Ministère de la Défense russe, via European Pressphoto Agency

WASHINGTON — L’une des missions secrètes de la CIA, parmi les plus chères de son histoire, a connu une fin brutale.

Au cours d’une réunion à la Maison-Blanche au début du mois dernier, Mike Pompeo, le directeur de la CIA, a recommandé au président Trump d’arrêter d’armer et d’entraîner les rebelles syriens, un effort poursuivi durant quatre années. Le président a rapidement mis fin au programme.

L’armée rebelle était alors une coquille vide après plus d’une année passée sous les bombardements de l’aviation russe et confinée dans des recoins de la Syrie, de plus en plus réduits, que les troupes gouvernementales n’avaient pas encore reconquis. Pendant des années, des voix se sont élevées, au sein du Congrès, pour protester contre les coûts engagés – plus d’un milliard de dollars sur toute la durée du programme. En outre, des rapports selon lesquels des armes fournies par la CIA avaient fini entre les mains d’un groupe rebelle lié à al-Qaïda ont davantage sapé le soutien politique apporté à ce programme.

Même si M. Trump a été l’objet de critiques avançant qu’il mettait fin au programme dans le but d’acheter ainsi les faveurs du président russe Vladimir Poutine, le soutien apporté aux rebelles était jugé douteux aussi bien sous la présidence de Trump que sous celle d’Obama – une convergence d’opinions rare sur la politique de sécurité intérieure.

Le programme de la CIA, était l’un des plus chers soutien en armes et en entraînement à des rebelles depuis le programme de soutien de l’agence aux moudjahidin en Afghanistan dans les années 80. Son arrêt a contraint à un bilan de ses réussites et de ses échecs. Ses opposants disent que ce programme a été aventureux, cher et inefficace. Ses partisans, qu’il était trop encadré, et que ses réussites sont remarquables, au vu des restrictions imposées à l’administration Obama dès le début, ce qui, arguent-ils, est la cause de son échec.

Le programme a eu ses heures de réussite, notamment en 2015 avec l’usage par les rebelles de missiles antichars fournis par la CIA, et les forces dirigées par l’Arabie saoudite en Syrie du Nord. Mais fin 2015, l’offensive militaire russe en Syrie était ciblée principalement sur les combattants soutenus par la CIA qui faisaient face aux troupes gouvernementales syriennes. Beaucoup de combattants y trouvèrent la mort, et le sort de l’armée rebelle s’est inversé…….suite…

https://www.les-crises.fr/les-dessous-de-la-disparition-de-la-guerre-secrete-de-la-cia-en-syrie-a-un-milliard-de-dollars/

Uncategorized

Pénurie de yaourt dans les supérettes après la désignation d’Ouyahia comme premier ministre


Ahmed Ouyahia, futur-ex-futur-ex-futur-ex…. Premier ministre, connu aussi pour ses talents de nutritionniste, a jadis déclaré qu’il n’était pas obligatoire pour les Algériens de manger du yaourt quotidiennement. De ce fait juste après sa nomination, beaucoup de familles se sont ruées sur les supérettes pour acheter les derniers yaourts restants, un marché parallèle s’est vite installé où la vente d’un seul pot de yaourt a atteint les 1000 DA, un marchand de mouton à Skikda a même accepté d’échanger un mouton de l’aïd contre un yaourt à la fraise…..Suite….
https://el-manchar.com/2017/08/15/penurie-de-yaourt-superettes-apres-designation-dahmed-ouyahia-premier-ministre/

Uncategorized

Bac 2017: Benghebrit organise une 3ème session spéciale pour le père de Khaoula


benghabrit

ACTUALITÉS

Bac 2017: Benghebrit organise une 3ème session spéciale pour le père de Khaoula

Par

 

L’actualité est devenue tellement drôle et originale que les Algériens n’ont pas besoin d’aller en vacances pour s’amuser!
L’épisode d’hier a été marqué par le mécontentement et l’indignation de la première lauréate du Bac 2017, Khaoula Blaska, 19,21/20. La jeune fille qui préparait ses valises a exigé qu’elle soit accompagné d’un mahram (tout homme qui ne peut jamais se marier avec une femme comme son père, son frère ou son fils). La jeune fille avait choisi son père comme son accompagnateur. Ce dernier, refuse de laisser sa fille voyager seule, malgré ses 18 ans et son 19 au bac, il appelle le ministère de l’éducation à lui offrir le titre de mahram :” Tous les hauts fonctionnaires voyagent avec leurs femmes et leur enfants avec l’argent public, et moi, simple citoyen, on me refuse d’accompagner ma fille mineure et première lauréate du pays, ce pays est injuste” regrette-t-il…..suite….

https://el-manchar.com/2017/08/20/bac-2017-benghebrit-organise-3eme-session-speciale-pere-de-khaoula/

Uncategorized

من هم داعش ؟ وكيف بدأ تنظيم داعش ؟


Uncategorized

L’ancien Emir du Qatar et Sarkozy personnellement accusés du meurtre de Mouammar Kadhafi – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ


La commission nationale libyenne des droits de l’homme a officiellement accusé, et en personne, ‘ancien Emir du Qatar, le Cheikh Hamad Al Thani, du meurtre de Mouammar Kadhafi et de son fils Al Moatassam Billah, après qu’ils aient été faits prisonniers vivants.La commission qui enquête sur la mort de l’ex chef d’Etat libyen a annoncé avoir des preuves que Kadhafi et son fils avaient été faits prisonniers vivants, et que l’Emir du Qatar, en personne a donné l’ordre de les tuer, car il savait que Kadhafi avaient en sa possession des preuves de l’implication de l’Emir et de son gouvernement dans les troubles connus par certains pays arabes, et de leur soutien logistique des groupes terroristes évoluant au Niger, au Tchad, en Afghanistan, en Somalie, ainsi que de leur rôle dans les soulèvements connus en Syrie, au Yemen, en Arabie Saoudite et au Bahrein.Le deuxième chef d’Etat accusé du meurtre de Kadhafi et de son fils, est le président français d’alors, Nicolas Sarkozy, qui aurait, selon les enquêteurs donné l’ordre au responsable des renseignements français, alors sur place, de liquider Mouammar Kadhafi, pour enterrer avec lui les secrets qu’il détenait contre lui à propos, notamment, du financement libyen de a dernière campagne présidentielle.La commission a adressé des courriers à la cour pénale internationale où elle condamne le silence douteux de cette instance qui est, elle aussi, d’après eux, responsable de la mort de Kadhafi, ayant encouragé la chasse à l’homme dot il a été l’objet après l’émission d’un avis de recherche de sa part.

Source : L’ancien Emir du Qatar et Sarkozy personnellement accusés du meurtre de Mouammar Kadhafi – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ

Uncategorized

EN ALGÉRIE , ON N’AIME PAS LES HOMMES – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ


Au cours de notre rencontre, Mellouk Benyoucef ne manquera pas de s’interroger, en outre, sur les suites réservées aux déclarations du ministre des Moudjahidine, Mohamed-Chérif Abbas, quant à l’existence officielle de 10 000 faux-moudjahidine, rétribués sur le budget de l’État. “Qui sont-ils ? Où sont-ils ? Qui a témoigné en leur faveur ?” Né le 29 mai 1942 à Miliana et installé actuellement à Blida, Benyoucef Mellouk a fait l’essentiel de ses armes, durant la guerre de Libération nationale, dans la Wilaya IV. Après l’Indépendance, il a occupé plusieurs postes au ministère des Moudjahidine jusqu’en 1971. C’est dire qu’il connaît bien son sujet. Il rejoint ensuite le ministère de la Justice pour y exercer la fonction de chef du service des affaires sociales et du contentieux jusqu’à l’éclatement de l’affaire dite des “magistrats faussaires et des faux moudjahidine” révélé en 1992 par L’Hebdo Libéré du défunt Abderrahmane Mahmoudi qui vaudra à ce brillantissime journaliste d’être emprisonné avant d’essuyer en 1994 une attaque terroriste qui fera trois morts, dont son frère Nadir et deux blessés. Pour sa part, Benyoucef Mellouk, par qui est arrivé le scandale, fera également de la prison notamment à Serkadji et à El-Harrach. Le harcèlement judiciaire acharné dont il fait l’objet sera ponctué par, pas moins, de quatre arrestations. Toujours sous le coup d’une interdiction de sortie du territoire national (ISTN) à son encontre et des poursuites judiciaires sans fin. Son dossier de retraite à laquelle il ouvre droit comme n’importe quel cotisant, n’a jamais été transmis à la Caisse nationale des retraites (CNR) par le ministère de la Justice, son dernier employeur. Il ne lui a même pas été notifié son arrêté de mise à la retraite. Les avantages liés à ses fonctions d’ancien chef de service des affaires sociales et du contentieux au ministère de la Justice et qui se rapportent notamment à l’exercice après la retraite de commissaire-priseur notaire et huissier de justice lui ont été refusés. Il vit, aujourd’hui, avec pour seule ressource financière une pension d’invalidité de 23 000 DA qu’il perçoit en sa qualité d’ancien moudjahid que personne, du reste, ne peut lui dénier. Benyoucef Mellouk, âgé aujourd’hui de 75 ans, garde espoir toutefois, même si “aucun chef d’État — et ils sont trois de ces ‘magistrats suprêmes’ à s’être succédé au pouvoir — n’a eu le courage de trancher cette affaire qui est toujours pendante”. Pourquoi ? D’après lui, la raison tient au fait que des proches de ces responsables sont impliqués dans cette affaire très médiatisée, du reste. “Par ailleurs, aucun Premier ministre, aucun ministre, aucune figure historique ni même les organisations en charge de ce qu’on appelle pompeusement l’écriture de l’histoire qu’on assimile, à tort ou à raison, à “la famille révolutionnaire” n’ont daigné réagir pour assainir les rangs des moudjahidine.” L’affaire rebondit, ainsi, à chaque fois, sans connaître son épilogue depuis 1992.La plainte déposée en 1992 par le Syndicat national des magistrats présidé alors par l’actuel ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Louh, celle de Kharoubi Abderrahim à l’époque procureur général adjoint à la Cour suprême, celle d’Ali Kafi, ancien président du HCE concernant son demi-frère, Mohamed Kafi, ex-président de la Cour d’Alger, celle de Mohamed Djeghaba, ex-ministre des Moudjahidine, ou encore celle de Mohamedi Mohamed Salah, ex-ministre de l’Intérieur, n’ont toujours pas abouti, un quart de siècle après……

Source : EN ALGÉRIE , ON N’AIME PAS LES HOMMES – RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ

Uncategorized

ذكاء التوقيت والانتقاء: معرض دمشق الدولي | جريدة البناء | Al-binaa Newspaper



– فيما يتلهّى الآخرون بمناقشة عدم مشاركته ويتلهّى آخرون بمناقشة مشاركة غيرهم، يفرض الحدث نفسه، صار معرض دمشق الدولي موضع النقاش، وهذا هو المطلوب، فقد اختارت سورية بذكاء التوقيت والانتقاء ألا تحتفل بنصر يجادلها الآخرون بمدى صحته وصدقية حدوثه، بل يكون حدثاً اعتادت واعتاد الناس على اعتباره علامة حضور للأمن والقوة والحياة الطبيعية في دمشق، وفرضت الحرب حجبه لسنوات لهذه الاعتبارات، وحوّلت الافتتاح لدورته الأولى بعد سنوات الحرب إلى مناسبة يشترك فيها الآخرون في اختبار نكهة النصر، مشاركة وتخلّفاً، وترحيباً واعتراضاً، ليشتركوا جميعاً في مناقشة مقولة واحدة، سورية تتعافى، ونحن نسبق غيرنا للحضور، أو سورية تتعافى ولماذا نتخلّف عن الحضور، أو سورية تريد مشاركتنا لتنتزع اعترافنا بأنها تتعافى، لكن الكلّ لا يستطيع التجاهل، فقد وقع الحدث وصار هو الموضوع، ولم يكن الهدف السياسي إلا هذا بالتحديد، وقد تحقق بأفضل ما يكون، وكلّ يوم يستمرّ فيه التعليق سلباً وإيجاباً، يشترك فيه المعلقون بتحقيق الهدف السوري المتجرّد، كما انتصارات الجيش في الميدان وانتصار السياسة في المنتديات والمفاوضات.
http://www.al-binaa.com/archives/article/172610