♦ Le sort des Palestiniens est bien compris, maintenant il faut agir


Cérémonie funéraire du Palestinien Mohammad al-Alaami, 12 ans, abattu par des soldats israéliens près de la ville cisjordanien de Beit Ummar à Hébron, en Cisjordanie, le 29 juillet 2021. [Mamoun Wazwaz - Agence Anadolu]
Cérémonie funéraire du Palestinien Mohammad al-Alaami, 12 ans, abattu par des soldats israéliens près de la ville cisjordanien de Beit Ummar à Hébron, en Cisjordanie, le 29 juillet 2021. [Mamoun Wazwaz – Agence Anadolu]

« J’en ai assez de rapporter la même brutalité tous les jours, de penser à de nouvelles façons de décrire l’évidence. »

Ce sont les mots de Mohammed El-Kurd, le célèbre activiste palestinien de Jérusalem-Est. Lui et sa famille sont menacés d’expulsion de leurs foyers. Ils n’ont commis aucun crime, mais sont expulsés uniquement et exclusivement parce qu’ils ne sont pas juifs, et Israël est un État suprémaciste juif.

Mohammed et sa sœur Muna El-Kurd ont bénéficié d’une hausse de l’attention des médias en mai-juin, lorsque la guerre israélienne contre Gaza a été résistée par le « soulèvement de l’unité » palestinien. Maintenant, cela s’est calmé. Mais le sort des Palestiniens reste le même.

« La situation à Sheikh Jarrah n’est pas difficile à comprendre », a écrit Mohammed dans son article d’opinion guardian début cette semaine. « C’est une illustration parfaite du colonialisme colonisateur, un microcosme de la réalité pour les Palestiniens à travers 73 ans de régime sioniste. »

Le sionisme, l’idéologie officiellement sanctionnée – et uniquement protégée par la loi – d’Israël est raciste.

La lassitude apparente d’El Kurd de devoir imaginer de nouvelles façons imaginatives de dire et d’écrire la même chose jour après jour, semaine après semaine, est malheureusement familière à ceux d’entre nous qui font état des injustices commises contre les Palestiniens comme de leur travail.

L’épuration ethnique est une erreur. La suprématie ethnoreligieuse est une erreur. Tuer des enfants est une erreur.

Israël a tué 11 enfants palestiniens en Cisjordanie depuis le début de l’année. Et cela s’ajoute aux 60 enfants de Gaza qu’il a tués au cours de la même période.

Vendredi dernier, des voyous de l’armée israélienne ont abattu de sang-froid un enfant palestinien de 17 ans.

Muhammad Munir Tamimi faisait partie d’un groupe qui avait affronté une bande de soldats israéliens lourdement armés envahissant leur village avec rien de plus que des pierres. Les Israéliens ont même bloqué l’évacuation de l’adolescent grièvement blessé vers un hôpital de Ramallah alors qu’il saignait de ses tripes – ce dont les soldats israéliens ont l’habitude.

Tamimi est mort de ses blessures plus tard dans la nuit.

Mercredi, un autre enfant palestinien a été touché par des tirs de l’armée israélienne.

Mohammad Mo’ayyad Bahjat Abu Sara, 11 ans, a été abattu sous la grêle des balles israéliennes qui ont frappé la voiture que lui-même, son père et sa famille utilisaient pour faire ses courses. Six soldats israéliens avaient fait exploser la voiture avec pas moins de 13 balles, selon des témoins oculaires.

Les médias palestiniens ont publié des photos poignantes de la voiture avec ses épiceries abandonnées, y compris des sacs de pain apparemment recouverts du sang de l’enfant mort.

Comme vous pouvez le voir dans les tweets intégrés ci-dessus, le groupe de défense des droits humains Defence for Children International , la Palestine joue un rôle clé dans la documentation de ces crimes israéliens contre les Palestiniens.

En raison du travail remarquable et essentiel de la DCIP en matière de droits de l’homme dans la protection des enfants palestiniens, Israël a maintenant commis un autre acte de répression contre le groupe.

Aux premières heures de la matinée d’hier, des voyous de l’armée israélienne ont fait irruppir le bureau de la DCIPen Cisjordanie, volant des ordinateurs, des fichiers clients et des disques durs. Le groupe de défense des droits de l’homme a déclaré qu’aucun document n’avait été laissé dans le bureau pour donner une indication sur la raison de la perquisition et qu’il n’avait laissé derrière lui aucune réception de matériel saisi.

Khaled Quzmar, directeur général du DCIP, a déclaré : « Ce dernier acte des autorités israéliennes fait avancer une campagne en cours pour réduire au silence et éliminer la société civile palestinienne et les organisations de défense des droits humains comme le DCIP. »

Le groupe a appelé les autorités israéliennes à mettre immédiatement fin à leurs persécutions des groupes palestiniens de défense des droits humains, exigeant que « la communauté internationale tienne les autorités israéliennes responsables ».

C’est exactement ce qui manque.

Comme Mohammed El-Kurd y a fait allusion, le sort des Palestiniens est probablement l’une des injustices les plus bien comprises, bien expliquées et bien documentées de l’histoire.

Comme il l’a conclu dans son article du Guardian : « Le problème n’est pas l’ignorance, c’est l’inaction. » Il n’y a pas de volonté politique en Occident de demander des comptes à Israël pour ses crimes.

Nous devons agir pour faire en sorte que cela change, et rapidement.Mohammad al-Kurd à Jérusalem le 02 juin 2021. [Mostafa Alkharouf - Agence Anadolu]

Mohammad al-Kurd à Jérusalem le 02 juin 2021. [Mostafa Alkharouf – Agence Anadolu]

Article traduit de l’Anglais

Asa Winstanley

Asa Winstanley

Le sort des Palestiniens est bien compris, maintenant des mesures doivent être prises – Middle East Monitor

Un commentaire sur « ♦ Le sort des Palestiniens est bien compris, maintenant il faut agir »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s